Jeunesse – Education
Choisir l'affichage :
REAGIR POUR BEAUCAIRE - Janvier 2018 - La Lettre Nr 1
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

 

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Le 8 septembre dernier, le maire de Beaucaire, sur le site officiel de la Ville, a exprimé à travers une vidéo son indignation sur le dispositif ELCO (Enseignement de Langue et de Culture d’Origine).

Il lance aussi une pétition nationale sur ce sujet.

 Ce dispositif, dont la « tradition » à Beaucaire remonte aux années 80, présente peut-être des imperfections : si le maire pense que ce dispositif pose problème, alors il doit se tourner vers les responsables de l’Éducation Nationale : la Rectrice de l’académie de Montpellier ou le directeur académique du Gard.

(suite…)

Les écoles de Beaucaire : il est temps de tirer le signal d’alarme !!!
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Même si les équipes enseignantes font tout leur possible et que les écoles « tournent » et donnent globalement satisfaction aux parents,  jusqu’à quand pourront-elles gérer la pénurie de moyens et le manque d’anticipation de la municipalité ?

1er problème : il manque une ou deux écoles à Beaucaire

Les écoles de Beaucaire affichent presque toutes  « Complet » pour la rentrée . L’école de Garrigues Planes est même en sureffectif… Même si, au total, tous les enfants  pourront être accueillis en 2017-2018, ce ne sera pas sans mal.

Première conséquence dommageable : certains enfants ne pourront pas être scolarisés dans leur secteur, ce qui les obligera à se lever plus tôt pour que leurs parents les emmènent (en voiture, forcément : pas idéal pour l’environnement…) jusqu’à l’école qui aura encore quelques places disponibles…

  Des écoles déjà trop petites

Dans la plupart des écoles, la bibliothèque a été reléguée dans un coin car on a eu besoin de la salle qui l’abritait pour un autre usage.

Dans certaines écoles, il n’y a ni salle de motricité, ni salle des maîtres ni salle pour le médecin scolaire ni salle pour les psychologues et maîtres du RASED (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté). Imaginez le médecin ou le psychologue recevant les enfants et/ou les parents dans un couloir, un coin du préau… et forcément sans cesse dérangés ! (suite…)

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

  Le 4 juillet dernier, un élève de CM2 de l’école Préfecture a été récompensé par la Ligue des Droits de l’Homme pour le poème qu’il a écrit dans le cadre du Concours « Ecrits pour la Fraternité ».

Le même jeune garçon a remporté cette année le Prix Soulier, qui récompense chaque année les meilleurs élèves de CM2 des écoles laïques de la ville.

Bon élève banal ?

Non, car cet élève était encore récemment un « allophone », un enfant qui ne parle pas français à son arrivée en France.

C’est tout à l’honneur de ce garçon mais aussi de l’Ecole Publique.

Surtout, c’est un démenti cinglant aux propos du maire de Beaucaire choquants car pour le moins pessimistes sur les capacités d’intégration des enfants. En effet, M. Sanchez a accusé les ministres de l’Education successifs d’être « prêts à abaisser le niveau général de nos enfants français parce que figurent dans leurs classes quelques élèves allophones ». Et il ajoutait : « L’argent des citoyens n’a pas à être gaspillé pour […] une discrimination en faveur des étrangers non francophones au détriment du niveau général. »

Eh bien non ! Les allophones ne font pas baisser le niveau général, nous en avons la preuve aujourd’hui.

Non, l’argent des citoyens n’a pas été « gaspillé », bien au contraire.

Nous pouvons être fiers et remercier l’école républicaine et, dans le cas présent, l’équipe enseignante de l’Ecole Préfecture qui a à cœur de mener tous les élèves vers la réussite.

MFLA

 

C’est aussi Beaucaire… Le quartier de la Moulinelle
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

a1

(suite…)

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Les Rencontres équestres se terminent.

Une réussite : ciel bleu, petit vent sous les platanes, chevaux magnifiques…

Mais réussite pour qui ? Les éleveurs qui trouvent le cadre enchanteur ? Les organisateurs du concours des chevaux lusitaniens et ibériques ? Le public de connaisseurs triés sur le volet ? Certes ils auraient mauvaise grâce de se plaindre d’une ville qui grève son budget  de 80 000 € pour les recevoir.

Mais qu’en est-il des retombées pour Beaucaire ? Pas de bilan malgré la promesse de Julien Sanchez en conseil municipal. Et qu’en est-il surtout de l’apport culturel pour les petits beaucairois de Quartiers Prioritaires de la Ville pour lesquels le maire a demandé l’aide de la Région ?

Délib subventions rencontres equestres enfants

En 2015 alors qu’aucune subvention de la Région n’a été attribuée, les écoliers sont venus suivre des ateliers le vendredi, premier jour des Rencontres.

Cette année, malgré les 25 000 € tombés dans l’escarcelle de la ville, rien !

Voilà comment le FN joue sur la corde sensible des parents beaucairois, se victimise dans les médias, et traite la population des quartiers défavorisés pour qui il dit réclamer la signature du Contrat de Ville 2015-2020 par la Région.

 

Des enfants et des chevaux
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Des enfants et des chevaux : à propos des Rencontres Equestres de Beaucaire.

Monsieur le maire ne murmure pas aux oreilles des chevaux, mais à celles des enfants de Beaucaire, surtout ceux des quartiers prioritaires de la ville : « je vous aime, je suis le seul à vous aimer ». Pour cela il est prêt à payer 80 000 € afin de voir briller leurs yeux pendant trois jours devant les aristocratiques chevaux lusitaniens.

beucaire-iberique_largeP

Mais il fait payer 59 000 € aux 563 enfants inscrits pour l’année 201-2016 aux TAP (1031 étaient inscrits en 2014-2015 sur 1610). Il refuse dès son arrivée 53 000 € de subvention pour l’ouverture d’un centre socioculturel prêt à fonctionner qui serait si utile tout au long de l’année.

Et si Monsieur Sanchez  a promis en conseil municipal de donner un bilan demandé par Rose-Marie Cardona, nul ne sait les retombées réelles des Rencontres Equestres.

Quel est le taux de fréquentation des habitants ?

Quelles retombées financières sur les hôtels,  les restaurants, les commerçants ?

Quels touristes ?

Monsieur le Maire se sert des enfants pour mendier une subvention dédiée à une manifestation élitiste par excellence, compréhensible par les seuls initiés. Et, si nous admirons la beauté  des chevauxs, nous déplorons le manque d’élégance du premier magistrat de la ville qui ne signe pas le Contrat de Ville en temps voulu, qui ne réunit pas les Conseils Citoyens et se permet de donner des leçons d’amour.

Réouverture de la chasse aux allophones?
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

La déclaration de M. le Maire le 1er septembre 2014 au sujet des enfants allophones (qui ne parlent pas français) souligne une ignorance crasse de l’histoire de Beaucaire et, au-delà, de l’histoire de France.

Les premiers arrivants italiens, aux pratiques religieuses très ostentatoires, étaient surnommés « christos » à la fin du 19ième siècle, époque où la France était touchée par la déchristianisation. (suite…)

Quand Julien nous fait du Jean-Marie...
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

M. « Saintchez », défenseur de l’occident chrétien depuis sa croisade du 15 août, nous montre sa conception de l’humanisme quand il parle des « élèves allophones » de Beaucaire. C’est du F-Haine lourdingue qu’il nous assène mais, au fond, ce n’est ni surprenant ni nouveau : Jean-Marie André, il y a une vingtaine d’années, tenait ce genre de propos.

Il est vrai qu’il y a des élections sénatoriales dans l’air et toutes les manipulations sont alors possibles. (suite…)

Réunion publique sur l'éducation
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Notre réunion publique a rassemblé une cinquantaine de personnes concernées par l’avenir de nos enfants autour d’un des thèmes prioritaires de Réagir Pour Beaucaire : l’éducation.

Nous remercions les participants et sommes d’autant plus confortés dans l’idée qu’il est urgent d’insuffler une nouvelle dynamique pour les écoles beaucairoises : plus de moyens, plus de place, meilleur accès à la culture, plus de mixité…

Notre prochaine réunion publique aura lieu le 25 février à 18h30, cette fois sur le thème de la sécurité et la tranquillité publiques.

reunion-publique-education_reagir-pour-beaucaire

Réunion publique sur l'éducation
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Nous vous donnons rendez-vous le MARDI 11 FÉVRIER à 18h30 dans notre nouveau local,
au 12 rue de l’hôtel de ville, pour notre réunion publique sur le thème de l’éducation.

Venez nombreux !

reunion-education_reagir-pour-beaucaire

 

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

En Ille et Vilaine, une commune a profité de son passage en PLU (Plan local d’urbanisme) pour regrouper son foncier à proximité du bourg et inciter un maraîcher à s’y installer afin de fournir la cantine, d’ores et déjà entièrement approvisionnée en produits bio et -dans la mesure du possible- issus de l’agriculture locale.

Quand il y a une réelle volonté d’améliorer la qualité des repas, il est conseillé dans le Guide de la restauration collective responsable édité par le Centre d’initiative pour valoriser l’agriculture et le milieu rural (CIVAM) «de diviser un marché de fournitures alimentaires en plusieurs lots auxquels pourront répondre des fournisseurs de proximité» avec, par exemple, un lot pour l’épicerie, un lot pour les produits laitiers, un lot pour la boulangerie, etc…

A Beaucaire, la mairie vient d’attribuer le marché à une seule et même entreprise du Vaucluse pour la fourniture de toutes les denrées alimentaires de la cuisine centrale. Ce n’est donc pas ce que l’on aurait pu espérer de mieux pour tendre vers le 100 % bio et local. Toutefois, soyons positifs : nous venons d’apprendre que nos petits convives vont passer à un repas bio hebdomadaire alors qu’ils bénéficiaient jusque-là d’un repas mensuel.

Et puis, pour encore plus d’ambition, à coût similaire, comptez sur RPB en 2014…