Editorial
Choisir l'affichage :
Législatives 2017 : pour une candidature unique à gauche
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Courrier adressé le 29 avril aux représentants locaux et nationaux

des partis et mouvements de gauche

« Creuset de toutes les composantes de la gauche anti-libérale et écologiste, l’association Réagir Pour Beaucaire (RPB) fédère depuis bientôt dix ans des femmes et des hommes tourné-e-s vers l’action locale citoyenne. Nombre d’adhérent-e-s de RPB ont fait la campagne du front de gauche en 2012, celle de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon en 2017.

Depuis mars 2014, loin des grandes déclarations des dirigeants frontistes, le maire FN de Beaucaire applique consciencieusement un programme réactionnaire et dangereux ; ses attaques répétées contre les diverses communautés qui composent notre ville ne laissent pas de doute sur ses intentions et sur le message que portera le candidat frontiste aux élections législatives.

Le score de Jean-Luc Mélenchon à Beaucaire au soir du 23 avril dernier est porteur d’espoir pour l’avenir. Face à la propagande mensongère du maire FN qui ne cesse de dresser les uns contre les autres, c’est une victoire pour tous les militants de Réagir Pour Beaucaire qui combattent le parti d’extrême-droite et sa politique municipale réactionnaire et xénophobe. (suite…)

Second tour des présidentielles : communiqué de Réagir pour Beaucaire
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Après les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, Réagir pour Beaucaire, regroupement des forces de gauche sur la ville, est confortée dans son maintien lors des dernières élections municipales. En effet, en place depuis trois ans, et malgré sa communication tous azimuts, la mairie FN n’a pas sensiblement augmenté son score : elle stagne à 40% et 3000 voix. La droite régresse. Et c’est l’opposition de gauche qui se trouve en deuxième position lors de ce premier tour.
Continuons à mener la lutte contre le FN ! Tous unis pour une France fraternelle et solidaire, avec un seul mot d’ordre : « Pas de voix pour le Front national ». RPB affirme la nécessité de poursuivre ce combat pour les prochaines élections législatives.
Beaucaire bilan 2014-2016 : présentation
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

DEUX ANS ET DEMI DE POUVOIR DU FN à BEAUCAIRE

Élu en mars 2014 au deuxième tour et profitant d’une division de la droite, Julien Sanchez séduit 3 083 électeurs sur un nombre d’inscrits de 10352, soit 29,7 % du corps électoral.

Martelant au cours de cette campagne les thèmes de prédilection du FN, il dresse le portrait d’une ville au bord du gouffre, minée selon lui par les problèmes d’insécurité, asphyxiée économiquement par une conjoncture locale qui ferait fuir les investisseurs, une ville en perte d’identité face aux revendications communautaristes. (suite…)

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Lettre ouverte à Monsieur Julien Sanchez, maire de Beaucaire

Monsieur le Maire,

Votre page Facebook du 16 décembre 2016 commençant par : « Mais ils vont m‘emmerder longtemps ceux-là aussi ? » et les commentaires qui l’accompagnent m’ont fortement interpellée.

1- En effet vous savez pertinemment que La Libre Pensée et la Ligue des Droits de l’Homme ne font que rappeler la loi, valable pour tous : la mairie de Beaucaire est un lieu public qui doit rester laïque. En y plaçant une crèche vous faites de la provocation. (suite…)

Beaucaire : l'envers du décor
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Beaucaire : l’envers du décor

Article de La Marseillaise du 10/12/2016

rue-nationale

La grand rue un vendredi après-midi sous un grand soleil. Elle est vide et 60% des commerces sont fermés malgré les inaugurations incessantes du maire. Photos ANNIE MENRAS

Des déclarations fracassantes mais une grande partie de la ville à l’abandon, c’est ce que dénonce l’association Réagir pour Beaucaire. Julien Sanchez (FN), avait promis de gérer « en bon père de famille ». Il y a bien des failles dans sa gestion qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de Robert Ménard à Béziers.

De Julien Sanchez, le jeune maire de Beaucaire, élu en gros par un tiers des habitants en âge de voter il y a presque trois ans, on connaît les frasques idéologiques, les affaires judiciaires retentissantes – il se flatterait d’être au centre de 27 procès – les coupes sombres dans la politique sociale. Centre social, Café des parents, relais jeunes, animateurs de rue… tout a disparu. Certains disent cependant qu’il est « gentil » qu’on le voit « partout ». De fait, il est sur toutes les photos.

 

L’association de gauche Réagir pour Beaucaire montre le revers de la médaille. Et présente un dossier accablant de sa gestion. Un dossier qui ressemble à s’y méprendre à celui de Robert Ménard, élu avec le soutien du FN.

route

Comme à Béziers, c’est la valse des directeurs de cabinet, les chefs de service s’en vont, les primes au personnel diminuent comme peau de chagrin. « Sur 9 chefs de pôle, 4 sont partis », relève un ancien élu. En dehors d’une communication très aboutie mais qualifiée par beaucoup « d’insupportable », l’association estime que la gestion de la commune est « une coquille vide » et Julien Sanchez « un homme seul » au service de son idéologie d’extrême droite.

8 000 hectares à l’abandon

Un tour dans la campagne beaucairoise donne une idée des abandons municipaux. « Beaucaire fait 8 500 hectares et on ne parle que de 500 », déplore un membre de l’association. Comme partout, le FN ne se soucie que du centre-ville, la vitrine de cette commune de 16 000 habitants. A Beaucaire, il se trouve aussi que « le maire habite Nîmes, son premier adjoint Vallabrègues et l’adjoint à l’agriculture et l’environnement à Bernis ». La méconnaissance du territoire s’ajoute à l’idéologie. « Ce sont des élus hors sol. »

Ici on déplore une cabanisation qui ne cesse d’augmenter faisant fi de la salubrité ; un mitage de maisons sans permis de construire. Les innombrables décharges sauvages s’expliquent par les tensions entretenues avec la communauté de communes Beaucaire Terre d’Argence dont il n’a pu obtenir la présidence. Julien Sanchez a refusé d’adhérer au dispositif intercommunal de lutte contre les incivilités. Il n’avait pourtant que ça à la bouche avant de se faire élire. « Au centre-ville on montre ses muscles, pour ça il ne fait rien », constate Luc Perrin.

60% de commerces fermés

Les effectifs de police municipale ont augmenté de 45% mais « les patrouilles se font en voiture alors qu’il faudrait de la proximité », insiste le Beaucairois. En outre, ajoute Stéphane Linossier, président de l’association, « les dealers n’ont absolument pas disparu ». « Les travaux du conseil local de prévention de la délinquance ont été interrompus définitivement », ajoute même Francis Foussard.

Tous les sinistres ne sont pas du fait du maire évidemment. Par exemple, l’incroyable vacance des commerces du centre-ville n’a pas débuté en 2014 dans cette ville qui pourtant était connue dès le XVIIIe pour une foire très courue.

via-domitia

 

Rose-Marie Cardonat, la seule élue actuelle de gauche pense pourtant que Julien Sanchez s’y prend mal. « Il préempte les magasins qu’il loue très peu cher à n’importe qui qui en fait la demande, sans lien avec les besoins des habitants. » Résultat : la plupart mettent la clé sous la porte dans les six mois. Elle a calculé que dans la « Grand rue » autrefois extrêmement commerçante et la rue de l’hôtel de ville, 60% des commerces sont fermés. Un record !

Pour cacher la misère, on plaque des posters sur les devantures, des magasins sont transformés en habitation, le reste est désespérément fermé.

Endettement : + 37% en un an

Et puis il y a la gestion pure. Là encore Julien Sanchez avait des leitmotivs : baisser les impôts et les charges. 30 mois plus tard, il a réalisé une économie de 20 000 euros sur un budget de 22,5 millions et une baisse symbolique des taux des taxes locales, « qu’il fait passer pour des victoires extraordinaires », analyse Luc Perrin. Au contraire, dit-il, « le FN ne réduit pas les charges de gestion de la ville et malgré des recettes fiscales croissantes et des dotations d’Etat en hausse, il endette fortement ses habitants en s’engageant dans un projet urbanistique aventureux. »

Tout l’argent pour Sud Canal

Ce projet c’est Sud Canal au centre-ville – à terme 500 logements pour « la classe moyenne » – pour lequel il mobilise la plus grande partie des ressources financières de la commune. Le maire a ainsi fait passer l’endettement par habitant à 933 euros fin 2016, soit une augmentation de 37% en un an.

En revanche, la mairie a refusé la proposition de la communauté de communes de rénover le centre commercial de La Moulinelle, un quartier prioritaire de Beaucaire. Un choix politique qui indigne l’association. « On est en souffrance », confie une dame qui n’a pas encore digéré la signature par Julien Sanchez de la charte « Ma commune sans migrants ». Une suite logique aux « bouffées anti-immigration entremêlées de relents colonialistes et xénophobes ».

Un copier-coller de la méthode Ménard.

Annie Menras

  • Écrit par 
  • http://m.lamarseillaise.fr/gard/politique/55284-beaucaire-l-envers-du-decorhttp://m.lamarseillaise.fr/gard/politique/55284-beaucaire-l-envers-du-decor

(suite…)

Leur commune sans migrants
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Depuis les années 30, l’extrême droite utilise toujours les mêmes ficelles xénophobes en visant  l’ « étranger » quel qu’il soit

La charte  « Ma commune sans migrants » que le Maire de Beaucaire veut imposer à ses habitants  n’y fait pas exception!

Les « considérant »  d’aujourd’hui acquièrent une signification inquiétante quand on les met en écho avec les enseignements du passé.

considerant1

meteques

Dans les années 30, la xénophobie se durcit. Les métèques d’alors sont les migrants italiens, polonais,  juifs allemands, espagnols.

« Les extrémistes encourageaient tous ceux qui se sentaient concurrencés par les étrangers,…, à clamer leur indignations, à dénoncer l’incompétence et la malhonnêteté des immigrés, à critiquer les dépenses qu’ils imposaient à la collectivité, à presser les pouvoirs publics de prendre des mesures de protection nationales » (Ralph Schor 1996 – Revue européenne des migrations internationales) (suite…)

Beaucaire outragée, Beaucaire brisée, Beaucaire martyrisée...
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Beaucaire outragée, Beaucaire brisée, Beaucaire martyrisée…

Donc Beaucaire libérée ? Non !

 Libérée de quoi ? Mais de la communication frontiste sur les réseaux sociaux, relayée par la presse de plus en plus complaisante.

Tout d’abord, il y a overdoseoverdose en terme de quantité, au point que l’on pense que cette municipalité ne fait que surveiller ces réseaux et répondre dans l’instant, ce qui fait qu’ils n’ont plus de temps pour la gestion de la ville.

Et leur projet serait que tous les administrés soient joignables par internet. Bonjour l’intox ! Le seul point positif à cela est que l’on évite de ravager des hectares de forêts pour le papier pour faire ces tracts quoiqu’on pouvait toujours parcourir ces derniers d’un derrière distrait, ce qui pouvait avoir un petit avantage.

Faute de ne faire confiance à aucun membre de leur administration, les dossiers en attente de signatures s’accumulent et prennent des retards importants.

dossiers

De même, d’autres n’ont pas eu le temps de lire le projet de la déplorable nouvelle carte scolaire du collège de Bellegarde mais le votent quand même, à l’insu de leur plein gré. Pourtant, ils ont quand même eu le temps de poser sur la photo à côté des parents d’élèves en colère !

En outre, le contenu de ces messages n’est ni de qualité ni indispensable !

Le maire a mis des mois pour signer le contrat de ville. Alors, exiger de Mme Delga de régler en moins d’un mois une demande du maire, c’est l’hôpital qui se moque de la charité.

Que veulent ces élus ? Que Mme Delga vienne à Beaucaire comme à Canossa et s’aplatisse aux pieds du trône municipal ?

Quant au contenu plein de jérémiades du genre « allo maman, bobo et je veux un bonbon » tout en dénonçant un éventuel refus, nous sommes dans un délire quasi parano.

Autre délire : en appeler aux différents ministres, au président… ! Et à qui encore ? A l’ONU ? Obama ? Le pape ?

En fait, le seul qui peut l’aider, c’est le père Noël car, après le Lycée, le Palais des Congrès, l’écluse, il faudra bientôt un aéroport international, un métro et, s’il te plaît, père Noël, dans ta hotte, n’oublie pas des tonnes de prozac ou un hôpital psychiatrique. Les Beaucairois en auront bien besoin pour tenir le coup (le coût ?) car dans quel état retrouveront-ils leur ville en 2020, une fois dissipés les fumées et les flonflons de la fête permanente et virtuelle que nous infligent les municipalités FN ?

Toutes ces gesticulations sentent la campagne électorale de 2017 un an à l’avance.

le bateleur

Alors que la ville a besoin d’un maire qui s’occupe de ses problèmes quotidiens et non d’un bateleur de foire qui se balade partout pour être sur les photos, dans les journaux, au point de faire exploser le budget communication et déplacements-représentations de la commune.

 

 

 

 

Tintin en Syrie
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Dans la rubrique BD, nous avons le plaisir de retrouver nos deux inénarrables policiers pourfendeurs du mal, DuponS et DuponG.

Ils sont persuadés que chaque malheureux, contraint par la guerre de quitter sa terre, est bourré d’explosif et de mauvaises intentions. Pour montrer leur humanisme, ils sont allés faire ch… les habitants d’une commune cévenole pour leur donner des leçons de civisme.

Leurs arguments sont, hélas, vieux comme le monde et primitifs : la peur de l’étranger. Il me semble qu’en psychologie de l’enfant, cela s’appelle l’angoisse du huitième mois. Même chez la plupart des premières civilisations, ce stade d’inquiétude a été vite dépassé et oublié.

Nos deux zouaves devraient se rappeler que si c’est le bazar dans tout le Proche-Orient, ce n’est pas la faute à ses habitants. Trois pays occidentaux ont fait de cette région leur terrain de jeux : depuis plus de deux siècles, la France et l’Angleterre puis, après la première guerre mondiale, les U.S.A.carte631

La déclaration Campbell, premier ministre anglais, en 1908 disant qu’il ne fallait surtout pas qu’il y ait l’unité des arabes, puis les accords Sykes-Picot organisant la guerre sans fin entre Palestiniens et Juifs sionistes.

Enfin, Américains, Français et Anglais, intéressés par le sous-sol, ont placé leurs pions-dictateurs en les imposant ou les éliminant en fonction des cours du baril de brut.

Et on pourrait aussi reparler des croisades qui, sous un prétexte religieux, avaient organisé le pillage de la région. Toutes ingérences coloniales, économiques, culturelles ne sont-elles pas du terrorisme ?

Les explosifs et les armes qui détruisent les peuples et les villes du Moyen-Orient, qui les fabrique et les vend ?

Mais revenons au niveau local.

De vastes zones de notre pays se désertifient alors qu’elles peuvent nourrir sans aucun doute encore bien des gens. Les habitants de Monoblet, comme ceux du Vigan et d’autres communes, font donc preuve d’intelligence en proposant d’accueillir de nouveaux habitants capables de redynamiser l’économie locale.

 

Les deux inquisiteurs, Dupon-S et Dupon-G, s’ils ont, on l’espère, quelques neurones, les utilisent bien mal et presque uniquement pour préparer les élections de 2017 et surtout les législatives.monoblet copy

Pourtant, leur travail d’élu ne manque pas : les bâtiments scolaires et les routes se dégradent, les alentours de la ville ne sont plus qu’un vaste dépotoir : il serait temps d’aller au charbon et de laisser tomber la surveillance des réseaux sociaux ou les palabres dans les nombreux procès qui coûtent cher aux contribuables.

En fait, ils sont velléitaires : que des mots ou de vagues projets mal ficelés mais les actes, où sont-ils ?

Même dans les projets de guerre sainte contre l’ennemi (discours du 11 novembre 2014) c’est en gros : «armons-nous et partez !».

Prochaines aventures aux Editions Castoiman :

Les bijoux de la Catastrophe,

Objectif Nul,

On a marché sur la tête,

Tintin au pays de l’or brun,

L’Ile Brune

Le spectre des Tocards…

Communication bien ordonnée commence par soi-même ?
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

A l’automne 2014, le Maire  vire le webmaster en poste en affirmant que : « La mise à jour du site internet  ne demandant que peu de connaissances et ne prenant en l’état actuel du site internet que très peu de temps, il est proposé au conseil municipal la suppression du poste actuel de webmaster afin de poursuivre la gestion en bon père de famille de la ville…« .

En même temps, il embauche un directeur adjoint de communication,  certainement beaucoup plus payé que le webmaster,  chargé d’offrir une plus grande réactivité au service de communication de la ville. (suite…)

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Notre infatigable maire vient encore d’amuser la galerie en faisant un copié-collé de son ami biterrois Ménard. Tel un évangéliste, il baptise et rebaptise pour laver plus brun dans le style nostalgique de l’O.A.S.

Dérisoire histrion, teinté d’Héliogabale, il fait la danse du ventre pour des médias friands de ces pitoyables spectacles, et tout ça pour gagner une place ou deux au hit-parade des bons élus du FN.

histrion-2

N’a-t-il pas mieux à faire que ces pitreries ? Par exemple, mettre en route dans sa ville le rutilant programme annoncé sur France Bleue le 19 mars.

Il prétend vouloir s’occuper du handicap mais n’assiste pas au vernissage d’une exposition photographique sur ce thème, dans sa ville le 18 mars. Ni représentant de la Mairie, ni excuse : bravo d’avoir laissé les handicapés présents l’attendre en vain. Sans compter qu’il a supprimé la subvention de 700 € au véhicule spécialisé dans le transport des handicapés.

Il a dit que les élus FN au Conseil départemental feront mieux que les autres pour les écoles et les collèges : pourtant, depuis un an, il pleut à verse dans les salles de l’école de la rue Nationale et il vient d’annuler les crédits alloués pour réparer les toitures des écoles !

C’est ça les économies du F.N. !

 Des petits joueurs qu’on vous dit. Le FN : un affront National.

 

Histrion :

  • Acteur antique qui jouait des farces grossières, avec accompagnement de flûte.
  • En France, jadis, jongleur, baladin.
  • Littéraire. Cabotin, charlatan ridicule : un histrion politique.
  • Un qui joue du pipeau quoi !
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Le collectif Réagir pour Beaucaire a mis à profit les huit mois écoulés pour écouter, observer puis analyser la situation inédite créée par les dernières élections municipales, tout en continuant à travailler sur les dossiers importants pour les Beaucairois et leur Ville.

Au Conseil municipal, notre porte-parole, Claude Dubois, s’est affirmé, séance après séance, comme l’opposant le plus conséquent et le plus résolu, alliant une connaissance approfondie des questions traitées -qui en impose même à l’adversaire- à une grande fermeté politique et idéologique face à la propagande frontiste que le maire ne perd aucune occasion de développer.

Ce temps était aussi nécessaire pour surmonter notre échec et tenter d’analyser une campagne électorale éprouvante où nous avons dû faire face à un démagogue jouant sur les peurs et les angoisses de la population et, en même temps, nous confronter aux petites trahisons et chausse-trappes politiciennes des autres candidats, obsédés par leurs règlements de compte personnels.

(suite…)

Pas de trêve de la politique le 11 novembre à Beaucaire !
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

La politique est une chose trop sérieuse.

La commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 doit être un moment de recueillement en souvenir des millions de victimes d’un conflit entre des nations dites civilisées. Nations qui déployèrent des trésors d’inventivité pour l’organisation de crimes de masse au plus grand profit des marchands de canons.

C’est aussi l’occasion de rappeler que cette guerre opposait des empires coloniaux en déclin se déchirant pour la possession de territoires lointains dont chacun convoitait les richesses.

11-11-18

Si, comme le disait Clemenceau « La guerre est une chose trop sérieuse pour la confier à des militaires », on pourrait étendre cette vérité à Beaucaire et contester le choix du maître de cérémonie, ancien adjoint à la sécurité de Bourbousson et ancien officier, qui orchestrait martialement cette matinée pour un hommage appuyé à la grande muette.
Qui pouvait croire que le maire FN de Beaucaire allait profiter de ce moment de consensus pour jeter une nouvelle fois de l’huile sur le feu en pointant les dangers d’un islam radical qui mettrait en danger la patrie et menacerait la paix intérieure ?
Etait-il opportun de justifier le programme du FN en matière de défense et de politique étrangère et ainsi confondre discours de rassemblement et tribune politique ?

(suite…)