Archives
Choisir l'affichage :
24 août 1944, Beaucaire libérée.
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Le 24 août 1944, la libération de Beaucaire, c’est la joie, la fin de la propagande raciste qui a tué tant d’innocents coupables seulement d’être juifs, homosexuels ou gitans. C’est l’espoir d’un monde d’égalité et de justice sociale, un monde de fraternité dans lequel les appels à la haine, à la discrimination, à la xénophobie n’auraient plus d’actualité. D’où qu’ils viennent.

Le 24 août 2017, c’est le souvenir de celles et ceux qui sont morts pour la France, de ces combattant-e-s de la liberté qui n’avaient pas tous la nationalité française, de ces combattant-e-s de la Résistance au fascisme qui ont su porter, sur la durée, des valeurs humaines que des « pourtant » français avaient oubliées. Et dans ce combat, celui qui croyait au ciel a côtoyé celui qui n’y croyait pas.

Parce que la haine n’engendre que haine en retour, le souvenir de ces morts, de ces résistant-e-s nous oblige à dénoncer les amalgames irresponsables qui fleurissent si facilement dans la bouche et les discours qu’on entend parfois aujourd’hui, et à Beaucaire trop souvent.

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Avant chaque conseil municipal et malgré les délais très courts entre la réception de l’ordre du jour et la date du conseil ( En général 5 jours francs, avec parfois le week-end compris dans ces jours, comme pour le CM du 14 mars 2017)  Rose-Marie Cardona  se rend en mairie  pour réunir le maximum d’informations concernant les questions à l’ordre du jour.

Elle  demande à consulter les documents concernant les décisions de gestions et en particulier les montants afférents à ces décision car ils ne sont plus précisés aux élus dans les documents fournis avant le conseil.

RPB se réunit alors et analyse chaque question soumise aux élus.

Le jour du conseil, le plus souvent le matin en semaine ce qui empêche un maximum de citoyen d’y assister, Rose Marie Cardona défend alors  le point de vue de RPB devant l’assemblée en argumentant, demandant des compléments d’informations ou proposant des alternatives…

En fonction des échanges ayant eu lieu, elle décide alors de voter comme l’a décidé RPB en réunion ou autrement  si des éléments nouveaux justifient une réévaluation de la situation.

Pour exemple, vous trouverez ci-dessous la listes synthétique des questions mises à l’ordre du jour du Conseil Municipal du 26 juin, la proposition de vote de RPB et,  en Italique, le fil conducteur qu’a préparé Rose Marie pour ses interventions

 

1 – Adhésion …  Quel est le rôle de l’Office de Tourisme.   Abst

2 – Vidéosurveillance   La vidéo surveillance ne doit pas monopoliser des ressources qui seraient mieux employées dans la concertation, la médiation, l’éducation… 1 million d’euros cumulés ! Nous n’avons pas eu le procès verbal du CLSPD.  Contre

3 – Subvention acquisition destructeur documents        Pour

4 – Rectification déclassement rue de l’Indépendance     Abst

5 –Rectification  Bar le Camargue. Nous réitérons notre opposition à ce projet qui n’a aucune utilité pour la ville. Le bâtiment est en zone inondable. J’ai demandé l’étude sur la Zone de Loisirs le 30 avril 2017, je ne l’ai toujours pas. Mais cette étude, que j’ai pu lire par ailleurs, indique un montant de 10 millions d’euros que la commune n’envisage pas de réaliser.       Contre

(suite…)

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Dans son compte rendu complètement fantasmé du conseil municipal du 14 mars 2017, non content de qualifier d’hystérique l’opposition, Julien Sanchez a sorti un argument massue :

le public est politisé !

Des citoyens qui s’intéressent à la vie de la cité et suivent régulièrement les conseils, pour lui c’est anormal…

Et vendredi matin : rebelote.

Un habitant de Pissevin ose s’opposer à la vision catastrophique que le FN a de son quartier. Et Julien Sanchez de clamer :

c’est un militant politique !

Il n’a donc pas droit à la parole.Voilà la démocratie suivant le FN !

Pas une voix pour le FN qui ne donne la parole qu’à lui-même !

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Monsieur le Maire,
Dans votre compte rendu du résultat du procès qui vous opposait à Sylvie Poliniere, vous affirmez le 4 mai  2017 :

Or, sur le site de la ville, sur les réseaux  sociaux et dans le magasine communal, Monsieur Julien Sanchez s’est permis de me traiter d’hystérique alors que j’accomplissais mon mandat d’élue. Et hystérique est une injure.

Je vous demande  donc Monsieur le Maire de poursuivre Monsieur Julien Sanchez, comme vous le promettez.

Avec mes remerciements pour l’attention portée à ma requête, je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

Rose-Marie Cardona
Conseillère municipale

Législatives 2017 : pour une candidature unique à gauche
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Courrier adressé le 29 avril aux représentants locaux et nationaux

des partis et mouvements de gauche

« Creuset de toutes les composantes de la gauche anti-libérale et écologiste, l’association Réagir Pour Beaucaire (RPB) fédère depuis bientôt dix ans des femmes et des hommes tourné-e-s vers l’action locale citoyenne. Nombre d’adhérent-e-s de RPB ont fait la campagne du front de gauche en 2012, celle de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon en 2017.

Depuis mars 2014, loin des grandes déclarations des dirigeants frontistes, le maire FN de Beaucaire applique consciencieusement un programme réactionnaire et dangereux ; ses attaques répétées contre les diverses communautés qui composent notre ville ne laissent pas de doute sur ses intentions et sur le message que portera le candidat frontiste aux élections législatives.

Le score de Jean-Luc Mélenchon à Beaucaire au soir du 23 avril dernier est porteur d’espoir pour l’avenir. Face à la propagande mensongère du maire FN qui ne cesse de dresser les uns contre les autres, c’est une victoire pour tous les militants de Réagir Pour Beaucaire qui combattent le parti d’extrême-droite et sa politique municipale réactionnaire et xénophobe. (suite…)

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Réagir pour Beaucaire s’élève vigoureusement contre l’amalgame fait entre le Front National et la France Insoumise et ses partenaires du Front de Gauche. Comment vouloir faire un « Front républicain » quand on met de coté ceux qui depuis des années assurent la démocratie par leur présence aux bureaux de vote en tant qu’assesseurs et délégués, et qu’en plus on rejette et méprise ceux qui ont voté contre le FN !
La gauche beaucairoise qui a retrouvé son score d’avant les municipales de 2014, et qui se trouve être en deuxième position en tant qu’opposition au FN, doit se mobiliser. Le FN stagne à 40% et autour de 3000 voix…  Pas une voix pour Le Pen au deuxième tour des présidentielles !
Nous serons présents dans tous les bureaux de vote pour surveiller le déroulement des élections et en vérifier la légalité.
Second tour des présidentielles : communiqué de Réagir pour Beaucaire
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Après les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, Réagir pour Beaucaire, regroupement des forces de gauche sur la ville, est confortée dans son maintien lors des dernières élections municipales. En effet, en place depuis trois ans, et malgré sa communication tous azimuts, la mairie FN n’a pas sensiblement augmenté son score : elle stagne à 40% et 3000 voix. La droite régresse. Et c’est l’opposition de gauche qui se trouve en deuxième position lors de ce premier tour.
Continuons à mener la lutte contre le FN ! Tous unis pour une France fraternelle et solidaire, avec un seul mot d’ordre : « Pas de voix pour le Front national ». RPB affirme la nécessité de poursuivre ce combat pour les prochaines élections législatives.
Quand Julien Sanchez dispose de Monsieur le Préfet !
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Rien n’arrête Julien Sanchez dans sa soif de publicité. Il va même jusqu’à inviter la population au nom de  M. le Préfet du Gard  à une prochaine inauguration.

Nous n’avons pu croire un seul instant que M. le Préfet du Gard, au mépris de son devoir de réserve en période électorale, ait accepté de figurer sur l’invitation lancée par la Ville de Beaucaire pour l’inauguration de la rue des Marronniers, et avons pensé nous trouver, une fois encore, devant une de ces médiocres opérations de communication dont est coutumier Julien Sanchez et dans laquelle il n’hésite pas à compromettre le préfet du Gard.

 

Et de fait, après que Rose Marie Cardona ait questionné M. le préfet du Gard, celui-ci à envoyé le courrier suivant…

 

Monsieur le Préfet ne sera donc pas présent à l’inauguration de la rue des Marronniers pour cause période de réserve électorale !

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Le rapport de présentation propose d’adhérer à l’association « immeuble en fête » pour un montant de 1800 euros par an afin de permettre à la mairie de bénéficier d’outils de communication ainsi que de l’assistance et de l’animation du réseau.

Cette proposition de faire adhérer le CM à l’association qui organise la fête des voisins montre à l’évidence, Monsieur le Maire, votre incompréhension totale de ce qu’est la vie démocratique.
Abraham Lincoln disait que la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». C’est cette définition qui a été reprise pour fonder en 1958 la Constitution de la Cinquième République, celle qui régit aujourd’hui les rapports entre la République et le peuple.
L’équilibre et la respiration de la démocratie sont liés au fait que chacun y a une place : les élus impulsent une politique, l’administration la met en pratique ; ce sont les pouvoirs publics qui doivent travailler au service des citoyens lesquels créent des contre-pouvoirs comme les associations qui n’ont pas à être instrumentalisées dans leurs activités.
Un conseil municipal n’a pas vocation à s’immiscer dans toutes les activités de la vie quotidienne de la Cité et si, dans cette assemblée, nous avons été élu-e-s par le peuple, aucun de nous ne peut tenter de faire croire qu’il en est l’incarnation. Je vous demande, Monsieur le Maire, de laisser respirer les Beaucairois-e-s ! Vous n’avez pas à être partout !

Nous sommes favorables au principe de la fête des voisins, vecteur pertinent de lien et de cohésion sociale. Nous y participons d’ailleurs chaque année. Pour autant nous sommes contre le principe de cette adhésion et ce pour les motifs suivants :

• le fait de bénéficier de prestations en retour d’une adhésion à une association apparente la démarche a un dévoiement des principes de la commande publique. Les fondements de cette démarche mériteraient donc d’être approfondis sur un plan juridique,
la fête des voisins n’est pas une propriété intellectuelle de l’association « Immeubles en fête » et n’a pas non plus besoin d’être motivée par la Mairie. Elle est simplement le fait des habitants qui n’ont pas besoin ni de t-shirts, ni de ballons pour se réunir,
• pour favoriser l’évènement, le rôle de la Municipalité est surtout de ne pas exiger que chaque fête soit organisée par une association bénéficiant d’une assurance au risque de brider nombre d’initiatives,
• il est aussi de mettre en place un plan de circulation qui permette aux différentes fêtes de se tenir en toute sécurité,
• enfin compte-tenu du niveau moyen des subventions aux associations beaucairoises, une adhésion de 1800 euros à une association parisienne semble déplacée. Vive nos voisins !

Nous refusons de participer à ce vote.

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Adhésion au collectif Provenço

A la différence du FN*, qui a fait campagne contre la ratification de la Charte européenne des langues régionales, et pour qui ce sujet si important n’est que prétexte à de mesquins calculs politiciens et à un double langage, nous militons pour la reconnaissance des langues et cultures régionales et nous sommes défenseurs de la langue d’Oc en général et du provençal, en particulier, la variante de la langue d’Oc parlée sur nos territoires.

Notre engagement est de principe et de fond, défendre le provençal et la culture d’Oc ce n’est pas, pour nous, repli sur soi dans une pseudo-identité fantasmée et enfermement dans un ghetto traditionaliste, mais combat pour la préservation d’un patrimoine vivant, en grand danger, qui fait partie intégrante de l’histoire comme de la richesse culturelle de notre pays, un combat pour l’ouverture et la diversité dans un monde chaque jour un peu plus appauvri et dévasté par l’uniformisation sauvage que nous impose la mondialisation capitaliste.

Ce n’est certainement pas en faisant adhérer notre ville au « Collectif Prouvenço » que nous ferons avancer cet indispensable combat, bien au contraire. Cette association, au mépris de la vérité scientifique, va jusqu’à nier l’unicité de la langue d’Oc et veut couper le provençal de ses racines linguistiques et historiques, elle attise de façon irresponsable par d’incessantes polémiques la division parmi les défenseurs de la langue d’Oc, en un moment critique où cette langue est menacée, et cherche par tous les moyens à entretenir une stupide guerre fratricide entre « occitans » et « provençaux » qui appartiennent, tous, avec des spécificités et des différences qui sont source de richesses, à la même aire linguistique et culturelle.

Faire participer Beaucaire, la ville de Raymond VII, ville occitane, au carrefour du Languedoc et de la Provence historique, illustrée par sa foire internationale et cosmopolite, au projet régressif du « Collectif Prouvenço », à cet enfermement partisan et tendancieux, c’est bafouer son histoire et falsifier sa culture authentique. Oui, à la défense de la langue et de la culture d’Oc, non à leur instrumentalisation dans un combat douteux. Nous voterons contre.

*Cf communiqués de Marion Marechal-Le Pen et Gilbert Collard du 29 janvier 2014 et de Florian Philippot du 27 janvier 2014

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Monsieur le Maire, vous demandez au Conseil régional d’Occitanie la somme de 129 045 € pour la délibération 29 (travaux de mise en conformité ERP).

Or vous êtes conseiller régional. Vous êtes donc bien placé pour savoir que l’ancienne région Languedoc-Roussillon ne subventionnait pas ce genre de dépenses. La Région Occitanie ne le fait pas plus.

Demander des subventions que vous savez ne pouvoir être obtenues vous permet simplement de jouer comme d’habitude à la victime et de hurler à la discrimination contre votre parti.

Du reste, pas dupe de vous-même, à  la page 31 du budget primitif 2017, dans les recettes, vous savez n’inscrire que les aides de l’Etat.

Nous vous demandons d’être sérieux, et de faire voter des délibérations cohérentes et efficaces.