Justice durable

Si le climat avait été une banque, on l’aurait déjà sauvé ! Promis, juré, on allait s’en occuper comme on devait « réformer » le capitalisme : c’est Forgeard et ses 16 potes d’EADS (Airbus) qui rigolent ! Après avoir rapiné plusieurs dizaines de millions grâce à leurs stock-options et leurs infos privilégiées, quelques jours avant que l’action Airbus ne s’effondre, les voilà blanchis par l’Autorité des Marchés Financiers ! Blanchis ! De quoi être verts de rage et rouges de colère !!

Par contre, l’Etat sarkoziste a débusqué 6 redoutables malfrats, six maires gardois (communistes, en plus) qui avaient eu l’outrecuidance d’organiser dans les locaux de leur mairie (Saint Jean du Pin, Domessargues, Les Mages, Cendras, …) la votation citoyenne du 3 octobre dernier contre la privatisation rampante de La Poste ! Il les a assignés devant le Tribunal Administratif ; c’est que le magot de la Banque Postale, pas question de le laisser dans le Public, c’est que des malpropres ! Forgeard et ses amis pourraient s’en occuper, non ? Respirez, honnêtes gens, le CAC 40 veille sur vous !

Le Merle Rouge

Le monde selon Jean-Marie André

Dans l’esprit de notre héraut décomplexé, le monde se divise en deux catégories : les personnes qui pensent comme lui et les autres. A son échelle, le monde est toujours bipolaire : d’un côté le bien représenté par le capitalisme, l’occident vertueux et… lui-même, de l’autre le mal incarné par le communisme, le terrorisme et un certain opposant de gauche. Qui va contre lui et son discours en conseil municipal est forcément avec Jacques Bourbousson, son frère ennemi.

Cette stratégie de déni de l’opposition de gauche ne vise qu’à faire croire aux Beaucairois qu’il est le seul à incarner cette opposition. Lui le chantre de l’équilibre budgétaire, l’apôtre de la rigueur, lui qui, lorsqu’il s’est fait virer de la mairie en 2008, a laissé un pactole de plusieurs millions. Une ritournelle qu’il récite à chaque réunion du conseil et qui lui a valu d’être qualifié par le Midi Libre de superstar. Superstar peut-être, mais d’une société du spectacle et de l’esbroufe.

Il fustige les dérives budgétaires de l’actuelle municipalité. Oui nous aussi, mais nous lui rappelons que lui-même a participé à des choix pour le moins discutables : pendant 25 ans les contribuables beaucairois ont payé un employé municipal pour qu’il ne travaille pas du fait des caprices et de l’antisyndicalisme primaire de JMA, hausse spectaculaire des impôts locaux en 2003, situation financière de la commune largement déficitaire cette même année compensée par une dilapidation du patrimoine immobilier et foncier de la collectivité.

Il joue les vierges effarouchées après la mise en examen du maire et la condamnation pour diffamation du premier adjoint M. Ledur. Nous rafraîchissons sa mémoire en évoquant sa condamnation pour les mêmes raisons en 1983.

Non, l’opposition de gauche ne soutient pas la municipalité de droite de M. Bourbousson. Elle propose, critique, approuve parfois, mais n’est pas inféodée au maire. Elle garde sa liberté de parole et la gardera jusqu’aux prochaines élections municipales.