Réagir pour Beaucaire : communiqué de presse, novembre 2010

Le Midi Libre a appris cette semaine aux Beaucairois le projet d’ores et déjà abouti de fusion des commissariats de Beaucaire et Tarascon. Ce projet se traduira par la fermeture du commissariat de Beaucaire et sera accompagné, on s’en doutait, d’une réduction des effectifs globaux qui devraient passer de 110 à 80. Nous avions déjà évoqué le sujet dans notre lettre d’information du mois d’octobre parue sur notre site internet. Nous n’avons pas manqué d’écrire officiellement au Maire afin que le sujet soit inscrit à l’ordre du jour du dernier conseil municipal. Le sujet n’a pas été évoqué au motif que M. le Maire n’était pas « prêt ». Prêt à quoi ? Une fois de plus à justifier l’injustifiable ? Que dire en effet d’un maire qui accepte sans broncher la politique de désengagement de l’Etat de ses amis politiques du gouvernement quand dans le même temps il augmente les effectifs de la police municipale et le nombre de caméras de vidéo-surveillance et ce aux frais des seuls contribuables beaucairois qui voient leur note d’impôts locaux augmenter ? Nous revendiquons, depuis la création de RPB, le redéploiement d’une véritable police de proximité circulant à pied, notamment dans le centre-ville. Nous sommes en effet convaincus qu’il s’agit-là d’un outil primordial pour la prévention de la délinquance grâce au lien humain qu’elle permet de maintenir entre les symboles de la justice républicaine et les habitants. Ceci contrairement à la vidéo-surveillance qui n’est qu’un moyen technique de dissuasion. Il est inutile ici d’entrer dans le détail des conséquences déplorables qu’aura ce projet en matière de délinquance dans une ville pourtant déjà considérée comme « sensible ». Il semble bien qu’une fois de plus, les connexions ministérielles dont se targue M. BOURBOUSSON soient plus utiles pour satisfaire ses ambitions de candidat à la députation que pour défendre l’accès aux services publics des Beaucairois. A l’instar des services publics de La Poste ou de l’eau potable, RPB appelle à la mobilisation.