Sans vergogne …

Infatuée, drapée dans son autoproclamée noblesse d’âme, telle se montrait la B.B.B ( Bonne Bourgeoisie Beaucairoise ) lors du conseil municipal du 13 décembre.

Ces grandes âmes charitables trouvaient qu’offrir à des retraités une rémunération de 14€ bruts, pour 4 heures de surveillance des entrées et sorties des écoles, était une aubaine ( 10€ nets, soit 2,50 € de l’heure !) pour des personnes qui ont le plus souvent une pension de 600 à 800 € mensuels.

Ces « Papy-Mamy-school », âgés de 55 à 75 ans, devront être présents, par tous les temps, dès 8h00 du matin, et devront se faire obéir des bambins et, plus dur encore, des automobilistes…

Premier argument de « Saint Jacques B. » : il y aura beaucoup de candidats, c’est la preuve que 10€ sont suffisants. Dans ce cas, pourquoi ne pas baisser le montant, n’oublions pas qu’il y avait, dans l’Antiquité, des esclaves heureux…

Second argument tenu par « Sainte Véronique N. » : une somme plus élevée ferait dépasser le plafond de non-imposition de ces retraités.

Là, une telle sollicitude, un tel amour du prochain nous arrachent des larmes. Notons que c’est ce même souci qui anime la majorité des patrons d’entreprises en offrant des salaires dérisoires. On vous le dit : tous ces gens ne veulent que notre bonheur !

Mais, au fait, les indemnités versées à nos « chers » élus, Maire, Adjoints, Présidents de ceci ou de cela, en plus de leur salaire ou de leur pension, ça va chercher dans les combien ? Ils n’ont donc pas peur de changer de tranche d’imposition ?

Sans vergogne !

Ce sont les élus de gauche, par la voix de M. Dubois, qui ont tenté de montrer l’inanité de cette rémunération. Ce qui a déclenché un tollé, non contre les ridicules 10€ mais contre M.Dubois ! « Malheur à celui qui dit la vérité, il doit être exécuté », comme le chantait Guy Béart.

Cette B.B.B était si parfaite que les auréoles volaient bas, très bas : normal, Noël approchait.

Intervention Saint-Félix Conseil municipal du 13/12/2012

Je pourrais commencer mon intervention en utilisant les mots qu’affectionne Mme Arèse : « Je vous l’avais dit ».

En effet nous vous l’avions dit le 10 juillet 2009 : « garantir un emprunt peut conduire à être amené à le payer ». Nous trois, élus de gauche, avions voté contre.

Vous, les élus de droite, les Bourbousson, Ledur, Mourlot, Cellier, André père, Arèse et compagnie vous ne nous avez pas écoutés et aujourd’hui les Beaucairois vont devoir payer votre erreur. 25 000 € avec les frais de contentieux. Gaspillage  !

Quand on gère de l’argent, il faut faire preuve de pragmatisme et de sagesse, surtout lorsqu’il s’agit de l’argent des autres. Le 10 juillet 2009 vous n’étiez ni pragmatiques ni sages.

Pas plus que vous ne l’aviez été lorsque, malgré mon intervention, en juillet 2008, vous avez souscrit des emprunts à taux fixe ou variable qui se sont révélés être des emprunts toxiques.

Ces deux exemples relèvent d’une gestion irresponsable et hasardeuse de l’argent public.

Le 10 juillet 2009 M. Durand est sorti de sa réserve pour critiquer la qualité de l’enseignement public en déclarant que :

Si de plus en plus de familles mettent leurs enfants dans le privé, notamment des enseignants, c’est peut-être parce qu’elles ont un peu plus confiance dans l’enseignement qui y est donné.

Une question, M. Durand : est-ce que dans l’enseignement privé on enseigne le fait de ne pas honorer ses dettes ?

Pourquoi l’OGEC ne paie pas ce qu’elle s’est engagée à payer ?

L’OGEC ? C’est un mauvais payeur !

Que vaut la parole de Mme Cellier et M. Christophe André lorsqu’ils prétendent que la nouvelle OGEC disposerait de 12 M d’euros pour faire des travaux à Saint-Félix ?

Comment peut-on prétendre d’un côté disposer de 12 millions d’euros et de l’autre demander au crédit coopératif de réclamer le solde de la dette au contribuable beaucairois ?

Peut-on faire confiance à l’OGEC nouveau qui fonctionne sur le même principe que l’ancien quand il s’agit de recruter ses administrateurs ?

En effet ceux ci sont recrutés non pas en fonction de leurs compétences en matière de gestion mais grâce à leurs affinités avec tel ou tel ,ce qui est un peu léger ,on le voit aujourd’hui.