La tribune de RPB dans le bulletin municipal (juillet/août 2013)

Déni de démocratie

Alors que Monsieur le maire est davantage préoccupé par sa réélection que par la gestion des dossiers dont il a la charge, on ne peut que rester pantois devant le manque de réactions de ceux qui devraient le ramener à la réalité des choses.

Nous parlons ici des élus de la majorité qui, au lieu de jouer leur rôle de garde-fou et de garants de la démocratie, se retranchent dans un mutisme complet.

Que Jacques Bourbousson ne réponde pas aux questions embarrassantes ou assène une contre-vérité en plein conseil municipal ne semble pas les émouvoir ! Pire, dès qu’une question précise est posée, tout ce petit monde s’affole et se retourne vers les administratifs pour obtenir la réponse. C’est à se demander qui connaît réellement les dossiers et gère vraiment la ville ! Le dossier Veolia, le PLU ou l’inondation du parking du Casino en sont des exemples flagrants.

Nous nous engageons, une fois élus, à étudier le fond des dossiers et à les partager avec tous les adjoints et conseillers municipaux afin qu’ils votent en toute liberté en fonction de leurs convictions.

Les élus de gauche : Rose-Marie CARDONA, Claude DUBOIS et Christiane ROTT

1 réflexion sur « La tribune de RPB dans le bulletin municipal (juillet/août 2013) »

  1. Je me souviens, petit garçon explorant la nature, j’avais eu un jour la curiosité de retourner une grosse pierre. Là, sous mes yeux, apparut un monde que je n’avais jamais vu. Un monde terrifiant, grouillant, rampant, sinistre, hostile, angoissant, oppressant, sombre et menaçant… Une vie inconnue, fait d’insectes, d’animaux impossibles à identifier. Tous semblaient être sur le point de se dévorer les uns les autres, ils s’épiaient, s’éviter soigneusement, et parfois un cadavre faisait le dîner de je ne sais quel nécrophage. Une odeur âcre et suffocante de moisi, de pourriture organique, augmentait la sensation d’angoisse accablante que je ressentais à la vue de ce spectacle épouvantable, monstrueux, qui s’offrait à moi.

    … Larves de diptère, curculio, nécrophages, Perce-oreilles, Gendarmes, Cloportes, scolopendre, Mille-pattes, Iules, Tiques en sommeille, Nématodes, Acariens, Araignée, Scorpions, Limaces, Lombrics, Champignons, moisissures, Symphile, Lule, Polydesme, Géophile, Gloméris, Lithobie, Polyxène, chilopodes, Collemboles, Thysanoures, Protoures, Chelidurella acanthopygia, Scutigera coleoptrata…

    L’effroi l’emporta sur la curiosité. Je lâchais avec force cette pierre pour rendre aux ténèbres ces êtres que j’aurais voulus ne jamais découvrir.
    Beaucaire ?
    Cette émotion de l’enfant que j’étais alors m’est revenue en mémoire en découvrant cette ville.
    Pour moi, Beaucaire, c’est cela, une grosse pierre qu’il ne faudrait à aucun prix et sous aucun prétexte soulever.

Laisser un commentaire