Bonsoir Chers Amis,

Merci de nous avoir rejoints nombreux pour célébrer cette nouvelle année qui, je l’espère, sera riche en victoires militantes au nom de la solidarité et de la démocratie. Merci de réserver un accueil chaleureux à nos trois élus qui n’ont malheureusement pas eu la chance d’être invités aux voeux de la Mairie. Merci aussi à notre ami Juan Martinez, député du canton d’avoir fait le déplacement. Ce moment se doit d’être placé, comme l’année dernière, sous le signe de la convivialité et de la fraternité. Permettre aux militants de se retrouver, de mieux se connaître, de renforcer ce lien qui nous sera tellement indispensable pour mener à bien le travail qui nous attend en 2011, tel est l’objectif de la soirée. Alors surtout ne soyez pas timides, exprimez-vous.

Les voeux sont souvent un exercice formel d’autosatisfaction devant un public acquis d’avance. Alors cette année, une fois n’est pas coutume, nous avons décidé de bouleverser un peu l’ordre des choses en essayant de reconnaître les talents de nos adversaires politiques et en commençant par le plus emblématique d’entre eux, à savoir M. le Maire. Alors parmi les nombreuses qualités du personnage, celle qui saute évidemment aux yeux c’est sa capacité à faire évoluer ses positions politiques. Ainsi, s’il a été « pour » l’implantation de la centrale électrique au gaz POWEO en zone agricole avant les élections de 2008, il s’est finalement déclaré « contre » entre les deux tours et a ainsi pu remporter les élections. En tant qu’élu dans le syndicalisme agricole depuis 33 ans, il s’est tout d’abord déclaré contre l’implantation de centrales photovoltaïques au sol en zone agricole. Il est vrai qu’implanter des installations industrielles en zone agricole, cela ne semblait pas raisonnable. Transformer les agriculteurs en spéculateurs fonciers, hypothéquer l’auto-suffisance alimentaire de demain pour satisfaire aux exigences écologiques d’aujourd’hui. Qu’à cela ne tienne : EDF-EN est passée par là et vous connaissez la suite.

Vous allez nous dire à juste titre qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis et, du moment que la ligne politique générale est claire et rassembleuse, alors il n’y a rien à ajouter. Là aussi, M. le Maire fait preuve de qualités hors pair dans sa capacité de synthèse politique. Son orientation est le parti radical valoisien que l’on pourrait qualifier de centre droit. Ce mouvement se veut toujours à la recherche de, je cite, « la ligne médiane de l’intérêt général » et reposer sur les valeurs de la République et de l’humanisme. Appliquant ce principe à la lettre, M. Bourbousson a donc pu se faire élire avec des soutiens allant du Front National jusqu’à des sympathisants socialistes. Alors c’est vrai, mathématiquement, le centre de gravité politique de ses électeurs a bien été le centre droit lors des municipales. Dans un même registre il a soutenu Christian Jeanjean, divers droite, au premier tour des Régionales de 2010 puis feu Georges Frêche au second tour. Aux prochaines législatives, il se retrouvera vraisemblablement face au député sortant Yvan Lachaut du « nouveau centre », parti lui aussi de centre droit associé à l’UMP. Alors rassembler au-delà des extrêmes, soutenir des candidats de gauche et être prêt à en découdre avec des rivaux de centre droit, quoi de plus exemplaire en terme de modernité. Cette vision politique au-delà des clivages traditionnels, cette propension à l’ouverture, sont dignes des plus proches sujets de Sarkozy.

Donc en résumé, des opinions durables, des convictions politiques claires, une sincérité à toute épreuve ! Nous pouvons nous réjouir d’avoir au service des Beaucairois un parfait prototype de politicien professionnel bien qu’il s’en défende et se fasse souvent passer pour un amateur.

Alors on peut se demander pourquoi un tel acharnement de notre part à l’endroit de M. Bourbousson. Nous ne sommes pourtant pas en période de campagne électorale. En fait, ce n’est pas exactement la personne qui pose problème, mais plutôt ce qu’elle représente en tant que fruit d’un système de démocratie représentative moribond. En effet, les dignitaires issus pour beaucoup des mouvements de résistance de la seconde guerre mondiale ont peu à peu cédé la place à une classe politique organisée pour l’essentiel en caste consanguine pour qui le suffrage est devenu une rente. M. Bourbousson, pour ne prendre que cet exemple, passe ainsi du syndicalisme agricole à la Mairie, à la présidence de l’intercommunalité et brigue maintenant la députation.

Alors on pourra nous rétorquer à juste titre que ce propos s’apparente au « tous pourris » souvent colporté par les extrêmes et que rien ne prouve aux Beaucairois que s’ils nous font confiance nous ne deviendrons pas, nous aussi, des politiciens professionnels dispensant des discours démagogiques uniquement pour nous maintenir en place et satisfaire nos ambitions personnelles. La question est légitime et nous nous la posons régulièrement sans avoir de réponse évidente, si ce n’est que cela dépend avant tout de vous. En effet, nous sommes convaincus que ce sont les exigences et l’implication des citoyens qui rendront les politiques meilleurs. C’est d’ailleurs l’application de ce principe qui a conduit à la création de notre mouvement et à son développement. Ainsi notre nombre d’adhérents est, avec plus de 60 personnes, en augmentation de plus de 20% cette année. Notre site internet quant à lui, comptabilise à ce jour plus de 16000 visites avec une moyenne de 50 visites par jours. A RPB, point de personnage providentiel, notre intelligence, et c’est ce qui fait notre force, est celle du groupe. Ce qui nous importe le plus, ce ne sont pas les positions politiques que nous adoptons, mais plutôt le débat démocratique qui a permis d’y aboutir. C’est en effet l’apprentissage de ce débat et la découverte de l’enrichissement humain qui en découle qui est selon nous le meilleur terreau pour la démocratie de demain, c’est à dire celle de nos enfants.

Je voudrais personnellement insister, en tant que père de famille, sur la responsabilité de nos modes de vie actuels sur les conditions de vie auxquelles seront confrontés nos enfants dans le futur. Cette notion de responsabilité, qui ne veut pas dire culpabilité, est une graine que l’on se doit de laisser germer dans nos consciences comme l’ont fait nos aïeux et notamment ceux qui se sont battus durant la seconde guerre mondiale pour défendre nos valeurs républicaines contre le système fasciste de l’occupant. C’est cette notion de responsabilité vis-à-vis des générations futures qui a permis au Conseil National de la Résistance, comme le rappelle le dernier livre de Stéphane Hessel, d’élaborer un programme qui comprenait :

  • « […] Un plan complet de sécurité sociale visant à assurer à tous les citoyens des moyens dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail
  • une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours
  • le retour à la nation des grands moyens de production monopolisés, fruit du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurance et des grandes banques
  • une organisation rationnelle de l’économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l’intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l’image des états fascistes
  • la possibilité pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction la plus développée […] ».

C’est pour éviter que ses enfants soient à nouveau confrontés à la guerre que la France de l’époque, pourtant ruinée, a approuvé ce programme. Aujourd’hui, alors que la richesse de la France a doublé en 20 ans (PIB), les héritiers du gaullisme piétinent sans complexe ce socle républicain garant de la cohésion nationale, ceci, au nom de la rigueur budgétaire et du libre-échange. Et la propagande des médias, détenus pour l’immense majorité par des financiers proches du pouvoir, de nous culpabiliser en nous invitant à nous estimer heureux de ce que nous avons : un CDD à temps partiel, c’est toujours mieux que le chômage, une retraite à 62 ans c’est toujours mieux que pas de retraite du tout, etc. Et les valeurs de l’économie de marché de nous inviter à oublier nos désirs de projets collectifs et solidaires au profit de petites satisfactions matérielles individuelles. C’est quand-même plus agréable de regarder la télé sur un écran plat au chaud dans son salon que d’aller à une manifestation pour défendre le commissariat. Peu importe que les conditions d’enseignement dans le public se dégradent, j’ai les moyens de mettre mes enfants dans le privé.

Alors ce que nous avons à proposer aujourd’hui, ce n’est pas un programme de campagne pour les prochaines municipales rempli de promesses sans lendemain et de Yaka Fauqu’on. Ce n’est pas non plus un prêt-à-penser idéologique qui exonère tout un chacun d’une réflexion personnelle et d’esprit critique. C’est tout bonnement, en toute humilité, et sans commune mesure avec la dimension héroïque des mouvements de nos anciens, une démarche de résistance citoyenne motivée par la survie des générations futures. Pour que nos enfants ne nous accusent pas.

Nous n’en sommes heureusement pas à vous promettre comme l’avait dit Churchill en 1940 au lendemain de la débâcle française « du sang et des larmes ». Nous espérons seulement qu’avec le temps et peut-être grâce à notre modeste contribution, les esprits beaucairois se libèrent enfin et qu’une indignation positive puisse fleurir à nouveau dans nos consciences. Pour que nous n’attendions pas une désolation des institutions similaires à celles de la Tunisie de Ben Ali, ex-ami des dirigeants français, pour nous révolter.

L’espoir est entre les mains de chacun de nous et chacun de nous peut, à son niveau, contribuer au changement. Comme l’avait dit l’imposteur Sarkozy pendant la campagne de 2007 : « Ensemble tout devient possible ». Nous tenons à remercier vivement les militants-citoyens que vous êtes pour vos engagements et votre fidélité et souhaitons vous retrouver encore plus nombreux et encore plus motivés en 2011.