La politique comme on ne l’aime pas

En période électorale, les élus font toujours preuve d’une capacité d’écoute et d’action qui force le respect. Pour ne pas fâcher les parents d’élèves fréquentant l’institut d’Alzon et après le refus d’extension de ses bâtiments pour des raisons évidentes liées au risque d’inondation, la Mairie s’est empressée de racheter un terrain de 1,5 ha à côté de la nouvelle crèche qu’elle envisage de vendre à l’entreprise catholique dirigée par M. Lachaud. La belle affaire : ce dernier va acquérir un terrain au prix des domaines alors que ça lui aurait coûté quatre fois plus pour un terrain privé ! Une fois encore ce sont nos impôts qui subventionnent le privé. Il devrait en profiter pour y construire, entre autres, une… crèche. Drôle de politique de gestion du territoire où deux établissements concurrents d’accueil de jeunes enfants ne seront séparés que par quelques mètres.

Paix des braves entre deux candidats au poste de député de la première circonscription du Gard ou simple arrangement entre faux amis ? En tout cas, la bataille fait rage entre l’UMP et le Nouveau Centre qui se disputent les investitures pour les élections législatives dans le département. A Beaucaire, les représentants du parti présidentiel, Mmes Cellier et Arèse et M. André junior soutiennent le candidat du Nouveau Centre ; à Nîmes c’est l’inverse puisque des représentants de l’UMP ont assisté à l’inauguration de la permanence de M. Bourbousson.

Mais qu’adviendra-t-il du maire de Beaucaire si les deux composantes principales de la majorité présidentielle trouvent un terrain d’entente en se partageant le fromage législatif ? Il aura alors rempli son rôle de pion inoffensif sur l’échiquier politique local que certains auront instrumentalisé pour mieux le sacrifier. Beaucaire vaut mieux que cela.

Ils l’ont approuvé !

L’avait-il seulement lu, M. le Maire, le plan de prévention du risque inondation (PPRI) initié par la Préfecture et approuvé par la majorité municipale et une partie de l’opposition de droite (Mmes Cellier, Hugounenq, MM. André, Durand) ? Les deux ans de négociations Mairie / Etat n’ont-elles pas suffi à M. Bourbousson pour qu’il se rende compte qu’il vient de tirer une balle dans le pied de ses anciens collègues agriculteurs ?

En effet ce plan interdit toute construction de bâtiments agricoles dans la plaine ainsi que toute implantation de châssis et serres d’une hauteur supérieure à 1,80 m. Or la présence multiséculaire de nombreux mas témoigne du fait que dans la plaine de Beaucaire l’homme a su cohabiter avec un fleuve capricieux. Le Rhône est qualifié de fleuve à cinétique lente par les services de l’Etat, ce qui laisse la possibilité d’évacuer le matériel sur les hauteurs de la commune (ce fut le cas en 2003) y compris en cas de crue exceptionnelle.

En revanche l’implantation de ferme photovoltaïque au sol est possible partout en zone inondable. Alors là pour le coup on en est sur, M. Bourbousson était au courant et c’est certainement lui qui a négocié en personne cette dérogation. Pour notre part, nous pensons que dans le document de PPRi soumis à l’avis de la commune, les prescriptions relatives à l’activité agricole en zone inondable évoquées plus haut sont trop contraignantes pour en assurer la pérennité. C’est pourquoi nous avons voté contre.

Gens du voyage

Fraternité et humanisme, éthique individuelle, volonté de rassembler ce qui est épars, (…) former le cercle de l’union (…), sans distinction d’origine, de race ou de religion

sont les valeurs exprimées par notre Maire dans son discours de candidat à la députation.

Eviter de tomber dans le piège des discours manichéens, lesquels poussent à la démagogie ou à la pensée unique, ne pas rajouter de la polémique à la polémique au risque de paraître diffamatoire ou bien de se couper de la réalité des choses.

« Sauf pour les gens du voyage » pourrait-il rajouter, lui qui argumente en ces termes en conseil municipal:

… On le voit, dès qu’ils sont là, il y a recrudescence des vols.

Pourtant son adjoint à la sécurité témoignait hors conseil municipal du fait qu’un groupe de nomades installé en bas du pont était parti la veille après avoir nettoyé le terrain et être passé à la Mairie pour proposer de déposer une somme d’argent en compensation.

La création d’une aire d’accueil des nomades à Beaucaire est prévue dans le plan départemental élaboré par le Préfet et le Conseil général dans la cadre de la loi Besson.

Beaucaire est sollicitée pour créer 20 emplacements, ce qui correspond aux besoins identifiés. Ceux-ci sont liés à des visites relevant d’impératifs familiaux, culturels ou religieux.

Cela ne fera pas venir plus de caravanes, mais un emplacement clairement identifié éviterait les stationnements sauvages (parking du cimetière des Melettes, le Pré, zone industrielle) et la gêne procurée aux utilisateurs habituels.

L’expérience de Nîmes démontre qu’en individualisant au maximum les équipements et les aménagements, on favorise la prise en charge par chacun de son emplacement pour lequel est effectué un état des lieux à l’arrivée et au départ. Les responsabilités de chacun sont alors bien déterminées, ce qui facilite l’appropriation de l’espace par les ménages et réduit les risques de litiges et de conflits.

La droite beaucairoise, toutes tendances confondues, réunie pour une fois, a opposé un niet catégorique à ce projet. Ces élus, parfois issus d’une immigration récente, ignorent sans doute que ceux qui ont choisi de garder leur mode de vie nomade sont Français depuis bien plus longtemps que bon nombre de Beaucairois, mais sont aussi des enfants de la République.

Maison médicale

La majorité municipale ainsi que l’opposition de droite ont approuvé la vente d’une parcelle communale de 2537 m² au lieu-dit Puech Cabrier Est (à proximité de la trésorerie) pour un montant de 120 000 € soit 47 € le m², ce qui correspond à peu près au quart du prix du marché. L’acquéreur est un groupement de professions libérales (médecins généralistes, kinésithérapeutes, infirmières) qui désire y construire une maison médicale afin de regrouper leurs activités. Ils espèrent par ailleurs, en disposant de cette infrastructure, faciliter l’installation de jeunes médecins sur Beaucaire car la moyenne d’âge tend à s’élever de façon préoccupante. Si ce projet voit le jour, la principale conséquence pour le centre-ville sera que la grande majorité des médecins y exerçant fermeront leur cabinet au profit de la maison médicale.

Il en résultera un service au public de moins en centre-ville et donc une raison de plus pour ceux qui n’y résident pas de ne pas s’y rendre et pour les résidents d’aller chercher ailleurs ce qu’ils n’y trouvent plus. Sans être contre la création d’une maison médicale à Beaucaire, nous avons fait part en séance du conseil municipal de notre préoccupation relative au choix du site.
La réponse du Maire a été simple, voire simpliste :

Les médecins ne veulent pas d’une maison de santé en centre-ville.

Il a regretté à deux reprises par ailleurs qu’il n’ait pu obtenir de permanence médicale le week-end dans la future maison médicale.
La Mairie permet à un groupement d’intérêts privés d’économiser plusieurs centaines de milliers d’euros et qu’obtient-elle en retour pour l’intérêt du plus grand nombre ? Rien ! On ne pourra que se féliciter une fois encore de sa détermination et de son sens de l’intérêt général !

Nous sommes convaincus que ce projet constitue une voie d’eau supplémentaire dans le naufrage du centre-ville. De fait il est déplorable que la municipalité ne se soit pas saisie de ce dossier afin de faciliter à la fois la rénovation d’un des nombreux bâtiments inoccupés du centre-ville et son accessibilité. L’accueil d’une maison médicale exemplaire dans le centre aurait certainement permis de contribuer à changer l’image de ce dernier.

Surprise !

Un petit atelier bricolage qui vous permet de réaliser vous même votre disque de stationnement. A vos ciseaux !

Cliquez ici pour télécharger le disque de stationnement de RPB !

 

Disque de stationnement RPB Disque de stationnement RPB 2