Le maire pas compétent

La question que souhaitaient poser les élus de gauche au conseil municipal sur l’installation d’une antenne relais à Beaucaire a été écartée pour des raisons de délai dépassé. Pour conclure son courrier daté du 12 décembre 2011, M. Bourbousson rappelait malicieusement un arrêt du Conseil d’Etat fixant les responsabilités de chacun et dédouanant les communes en les déclarant juridiquement incompétentes sur les dossiers de l’installation des antennes relais sur leur territoire.

Incompétence à géométrie variable quand elle est appliquée au cas de notre maire : en effet il a su trouver des arguments à opposer à l’entreprise Orange pour refuser l’implantation sur le gymnase de la Moulinelle mais se trouve tout à coup sans voix lorsqu’il s’agit de défendre les résidents d’une cité HLM concernés par le nouveau projet. Pour décrypter la pensée Bouboussonienne (ou son absence), il faut être capable d’analyser et d’expliquer une telle contradiction. A ce jour, nous n’avons pas percé le mystère.

Chronique d’un conseil ordinaire

Pouvait-on espérer une trêve des confiseurs à l’occasion du dernier conseil municipal de l’année 2011 ? Oui mais c’était sans compter la hargne, l’esprit vindicatif du Dauphin (comprendre Christophe André) pour qui la salle du conseil est et restera une arène qui doit célébrer celui qui parle le plus fort. Après les déclarations de candidature de Valérie Arèse et de notre matador de salon aux prochaines élections municipales, ces deux là s’affrontent à distance dans un combat sous-cape qui peut s’achever par une mise à mort politique. Voilà l’enjeu des deux années à venir pour les représentants de l’opposition de droite : tuer l’autre sans donner l’image d’un groupuscule désuni. On comprendra qu’avec de telles préoccupations l’avenir de Beaucaire ne constitue pas une priorité.

Et tout est bon pour se démarquer : les difficultés financières du Stade Beaucairois et l’avance versée par la mairie, la part communale consacrée à chaque enfant scolarisé, l’école de musique etc…

Christophe André n’a pas digéré le droit de réponse accordé à Georges Cornillon en conseil municipal, il s’indigne dans une déclaration où il se met en scène avec un port de micro presque parfait.

La baisse de la somme allouée par la mairie à chaque enfant scolarisé le fait hurler, qu’importe que ce monsieur soit adhérent à l’UMP et cautionne depuis plus de 4 ans les coupes dans les effectifs de l’Education Nationale (80 000 postes d’enseignants supprimés en 5 ans).

Cependant, toute la droite se retrouve lorsque l’opposition de gauche suggère une application du quotient familial pour le calcul des cotisations à l’école de musique. Tout y est passé : M. Durand parle de jeux vidéos coûtant aussi chers qu’un trimestre de cotisations, Mme Arèse d’une école accessible à tous pour peu qu’on s’en donne les moyens. Traduction : si les pauvres veulent faire de la musique, qu’ils arrêtent d’acheter des cochonneries à leurs enfants et qu’ils sortent de leur mentalité d’assistés. Les leçons gouvernementales ont été retenues.

Pendant ce temps le maire sollicite toujours ses administratifs pour répondre aux questions qui lui sont posées. Il sort de sa torpeur d’après banquet lorsqu’on parle agriculture. Un projet de ferme photo-voltaïque couvrant 700 ha de terres agricoles ? Pas de problème, il dégaine son analyse savante et parfois, il faut le dire, ésotérique. Il arriverait presque à nous faire oublier qu’il a présidé pendant de nombreuses années le très influent syndicat agricole FDSEA. Grand promoteur d’une agriculture intensive massivement subventionnée par l’Europe dont on mesure aujourd’hui les effets désastreux dans une des plaines les plus fertiles du Gard : friches, cabanisation, arrachage de vignes etc. M. Bourbousson se fâche lorsqu’on évoque cet héritage et s’en prend aux abeilles de M. Dubois. Et clos le conseil en nous souhaitant à tous de bonnes fêtes.

Belle chute non ?

Douce nuit

Après des années d’effets d’annonce une réunion publique a enfin eu lieu en décembre afin de présenter le bureau d’étude retenu pour la conception du projet de réfection des rues Nationale et Ledru-Rollin.

Il s’agit de SOGREAH (Société grenobloise d’études et d’applications hydrauliques), cabinet d’ingénierie spécialisé dans les aménagements hydrauliques. Avec une telle compétence, la Mairie ambitionne sans doute « d’endiguer » le déclin économique du centre-ville à moins qu’il ne s’agisse de faire « barrage » à la délinquance.

Quoiqu’il en soit la municipalité a indiqué qu’elle souhaitait construire le projet en concertation avec les usagers, commerçants et habitants notamment. Pensant donner du crédit à son propos, M. le Maire a fait distribuer aux participants ce qu’il a appelé un « questionnaire » mais qui n’était en fait probablement qu’un « pense-bête » permettant de faciliter la conduite de la réunion par les élus (voir document ci-dessous). Personne n’a ensuite été capable de dire : à qui serait diffusé le document, pour quelle date il fallait le retourner ni comment les décisions seraient prises à partir des réponses obtenues qui ne seront certainement pas toute convergentes. On pourra citer à titre d’exemples les questions de la piétonnisation ou du type de revêtement. Impossible non plus de savoir précisément quand ni comment le diagnostic, l’avant-projet et le projet seraient soumis à l’approbation des usagers.

En revanche l’objectif de démarrage des travaux début 2013 est dorénavant officiel. D’ici là M. Bourbousson a indiqué qu’il « avait un contact pour faire venir 15 nouveaux commerçants dans la rue ». Ces propos aussi irréalistes que fantaisistes n’auront trompé personne et nombreux sont ceux qui savent dorénavant que l’avènement d’un projet conforme aux attentes des usagers ne se fera pas sans la vigilance et la détermination de ces derniers.

Voici le document sur lequel la Mairie souhaite que les usagers du quartier de la rue Nationale s’expriment pour élaborer le projet de réfection :

Questionnaire rue Nationale