Questions naïves et estivales

Sur la crise

L’emploi de prénoms féminins pour nommer les tempêtes, les ouragans, les typhons n’est pas l’usage pour désigner les ratés de l’économie mondialisée. On lui préfère des termes techniques. Crise des subprimes en 2008, crise de la dette des Etats en 2011. Parce que l’affaire est compliquée, parce qu’il faut être initié pour comprendre la mécanique des échanges et du commerce, on circonscrit le débat entre spécialistes qui nous expliquent que nous vivons au-dessus de nos moyens (la preuve : nous sommes endettés) et que maintenant il va falloir se serrer la ceinture.

Sarkozy s’agite pour sauver la Grèce en juillet, Sarkozy s’agite pour sauver l’Europe en août, devra-t-il s’agiter à l’automne pour sauver le monde ? Mais il le fait les poches vides, pressé qu’il est par les investisseurs privés (fonds de pensions que vous nourrissez peut-être si vous possédez des assurances-vie), par les agences de notation, par les banques privées qui lui prêtent de l’argent qu’elles ont elles-mêmes emprunté à la Banque centrale européenne. Tiens, par exemple, ne serait-il pas judicieux de permettre aux Etats souverains d’emprunter directement auprès de la Banque centrale, sans commission ? Un peu comme les consommateurs toujours plus nombreux qui achètent directement leurs légumes chez les producteurs pour court-circuiter la grande distribution ? Question naïve ou stupide pour un économiste de tendance libérale, question de bon sens pour le simple citoyen qui achète des légumes.

Sur Belvédère

M. Bourbousson s’est affiché dans le Midi Libre du 2 août aux côtés d’un dirigeant de Belvédère qui a racheté la société beaucairoise Moncigale en 2007. Belvédère rencontre des difficultés financières depuis plusieurs années, son PDG vient d’être condamné par l’autorité des marchés financiers, le gendarme de la bourse, pour défaut d’information et manipulation de cours. Dans le même temps, on promet aux salariés la construction d’une unité moderne en zone industrielle. Mais avec quel argent ? Peut-être avec celui de M. Bourbousson qui entre au conseil d’administration.

Sur la droite à Beaucaire

Face à face d’anthologie qui opposa jeudi 23 Juillet la majorité de droite dirigée par M. Bourbousson et l’opposition de droite réincarnée en Christophe André. Théâtre des grandes manoeuvres : deux terrasses envahissantes de restaurants. Quelles différences entre ces deux personnalités ? Un simple boulevard, pas plus.

Sur Veolia encore

La majorité a permis à Veolia d’étendre son emprise sur la ville en lui offrant le contrat d’entretien du réseau pluvial, ceci sous la forme d’un avenant au contrat d’assainissement voté par la majorité municipale le 28 avril. Qui dit avenant, dit marché de gré à gré, c’est-à-dire sans avoir recours à une procédure d’appel d’offre, sans concurrence quoi. Pas mal pour un contrat d’au moins 800 000 €. Saisi par les élus de gauche, le préfet n’a rien trouvé à redire à cette procédure dans un courrier daté du 10 août. Circulez, y’a rien à voir ! semble nous dire le représentant de l’Etat. Alors la question est candide : M. Bourbousson défend-il avant tout les intérêts des Beaucairois ou ceux de Véolia ? Quant à savoir si Veolia est capable de déboucher un déversoir, un élément de réponse dans ce diaporama : Ca pue ! qui date de septembre 2010.