«Tous pourris» ?

Le slogan pourrait reprendre de la vigueur, à l’occasion des «affaires» symétriques et presque simultanées : Cahuzac et Sarkozy (dont rien ne prouve pour ce dernier qu’il soit coupable).

A Beaucaire, n’en doutons pas, il sera claironné à l’envi par un jeune ambitieux, candidat parachuté dans le Gard aux dernières législatives et qui ne se prive pas d’entonner l’hymne bien connu « FN, tête haute, mains propres », misant sur l’amnésie collective qui conduit certain(e)s à ressasser qu’ « il faudrait essayer » ceux qui n’auraient jamais eu le pouvoir.

Sauf que dans la course à la pourriture, il y en a qui ont une bonne longueur d’avance et qui ne sont pas forcément ceux que l’on croit : dans notre bonne ville, faut-il rappeler qu’Antoine Boyer, élu municipal d’Extrême-Droite sous l’ère André, donnait régulièrement procuration à l’un ou l’autre membre de la majorité en place ? Que le FN a, ensuite, changé de monture, mais pas de bord politique, en soutenant la candidature Bourbousson en 2008, comme l’a amplement démontré RPB ?

Mais, surtout, l’exercice du pouvoir, le FN connaît ! Et même très bien ! Des dizaines de milliers d’habitants, nos voisins, de Vitrolles, Marignane ou Toulon peuvent en témoigner ! En fait de mains propres, c’est plutôt le parti de la mémoire courte, très très courte ! Nous ne parlerons pas des lieux de culture fermés, des dizaines d’employés pourchassés pour délit d’opinion ou de la réhabilitation des terroristes de l’OAS.

Simplement ceci :

  • Jean-Marie Le Chevallier, maire FN de Toulon de 1995 à 2001, est condamné par la Justice française (avec son épouse et complice Cendrine), le 19/01/2001 à un an de prison avec sursis, à l’inéligibilité et à une forte amende pour détournements de fonds publics, complicité d’abus de confiance et création d’emplois fictifs (le tout en faveur de ses parents et amis) ; 3 mois plus tard une nouvelle condamnation pour subornation et intimidation de témoins. N’oublions pas qu’en 1998, son élection à l’Assemblée Nationale est invalidée pour une triple infraction aux règles de financement des campagnes électorales. Depuis, les contribuables toulonnais ont dû payer, sur 10 ans, une ardoise de 3 millions d’euros engloutis par le couple dans une association bidon : « La Jeunesse Toulonnaise ».
  • Bruno Mégret (n°2 du FN en 1995) est déclaré en 1995 inéligible pour des irrégularités graves dans le financement de sa campagne pour conquérir Vitrolles. C’est donc Catherine, son épouse, qui est élue maire en 1997 lors d’une partielle. Battue en 2001, elle est condamnée, en 2006, avec son mari pour un détournement de fonds public de 75000 euros (les Vitrollais, par leurs impôts, ont payé des dizaines de milliers de lettres expédiées aux 6 coins de l’Hexagone par Monsieur, candidat aux présidentielles de 2002).
  • Daniel Simonpieri, maire et conseiller général FN de Marignane de 1995 à 2001 (et encore de 2001 à 2008 sous les étiquettes MNR, puis UMP, ouf !), est condamné en 2011 pour favoritisme et fausses factures.

«Tous pourris», voilà qui serait assurément la devise idéale de l’Association des Ex-Maires FN de grandes villes (à créer !) ; de sacrés experts ! De la «caillera» comme on n’en fait plus, qui pourrait donner de sacrées leçons de filouterie aux caïds de banlieue et qui pourrait en remontrer à bien des politiciens en place… Même s’ils étaient coupables, Sarko et Cahuzac ne leur arriveraient pas à la cheville !

Non, la politique n’est pas une affaire de «pourris» et elle ne renaîtra pas à la «pureté» du fait d’un homme ou d’une femme providentiel(le) : il suffit que les hommes et les femmes décident, en toute conscience et en toute liberté, de s’impliquer quotidiennement dans les choix qui font leur vie, leur destinée, sans renoncer à aucun de leurs droits citoyens au profit de «professionnels» qui font carrière en décidant du sort d’autrui.

C’est le pari de Réagir Pour Beaucaire !