La majorité municipale organise des réunions de quartier, rend compte de son activité et se veut à l’écoute de ses administrés. Nous ne pouvons que nous satisfaire de cette démarche démocratique qui permet aux citoyens d’interpeller les élus sur la gestion de notre commune.

A cette occasion, l’adjoint à la sécurité nous propose la mise en place d’une organisation dénommée « voisins vigilants ». Rappelons que ce concept est facultatif, et n’est pas imposé par la loi contrairement à ce qu’affirme le Maire M. Bourbousson : c’est une démarche politique et idéologique qui répond à la demande insistante du Ministre de l’intérieur relayée au niveau local par le Préfet. De là à en conclure que ce dispositif doit pallier la baisse des effectifs (encore 3000 policiers et gendarmes en moins en 2012) voulue par le gouvernement dans le cadre de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) il n’y a qu’un pas.

Pour nous « Réagir pour Beaucaire », postulant pour la gestion future de la cité, les problèmes de sécurité doivent être appréhendés en premier lieu par une présence systématique sur le terrain des forces de police afin de prévenir tout acte délictueux. L’approche sécuritaire du gouvernement et des édiles locaux ne peut engendrer que des tensions ayant pour corollaire la suspicion et la peur des citoyens entre eux. Le « vivre ensemble » implique l’écoute, l’entraide ; la participation de tous à la vie locale et doit permettre de dépasser les clivages ethniques et religieux que veulent nous imposer les appels à la haine des pourfendeurs du « Vivre Ensemble ».

La vigilance est une posture inquiétante quand elle est encouragée par un pouvoir aux abois, elle est une vertu quand elle s’applique à la surveillance que devrait exercer chaque citoyen sur la gestion des affaires publiques.