En cette période d’élections, de fêtes des voisins, des mères ou des maires, on voit ces derniers ou leurs adjoints s’agiter beaucoup : ils sont dans une vaste entreprise de récupération d’électeurs en tout genre.

Il y en a qui lavent plus blanc, certains recyclent et lavent plus brun. On trouve aussi ceux qui lavent plus rose.

Et not’candidat-maire dans tout ça ? On le voit souvent souffler Lachaud et le froid.

Il se montre bon chrétien à la cathédrale de Nîmes pour soigner son image de calotin, comme il le fait aussi lors des Fêtes de la Madeleine, en juillet à Beaucaire : à quand la prosternation devant Benito XVI ? Au lieu de faire comme son Frère du Nouveau centre, il ferait mieux de relire la loi de 1905.

Il a lavé plus brun en mars dernier quand il a poussé, devant le Conseil Général, des cris hostiles aux participants d’un colloque sur la fin de la guerre d’Algérie. Notons qu’à cette occasion, il n’était pas en froid avec Lachaud, lequel se tenait à ses côtés ce jour-là.

On pouvait voir une de ses adjointes côtoyer, lors d’une Fête des Voisins, une des mousquetaires et là, on se reteinte en rose.

Où se logent ses amis ? Comment s’orienter au milieu de ses frères en politique ?

L’œcuménisme est impossible en ce domaine. A trop faire le grand écart, on se casse la binette et on passe de la Fête des Mères à la Défaite des Maires. Pour qui Bourboussonne le glas ?

Il serait temps que nos édiles, avant de briguer un autre mandat, exercent correctement celui pour lequel ils ont été élus ! Pas de cumul des charges !

Pourquoi vouloir vérifier, une fois de plus, le principe de Peter ?