Conseil municipal
Choisir l'affichage :
Télémagouilles au Canada
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Ou l’on apprend que l’on peut être chef du pole urbanisme de la Ville de Beaucaire tout en étant en même temps  inspecteur d’arrondissement à Montréal au Canada.

L’histoire commence  le 21  septembre 2017 quand Julien Sanchez propose une délibération au conseil municipal de la Ville de Beaucaire instaurant et définissant les règles du télétravail dans la collectivité.

A la question: Qui est concerné par cette délibération?  Julien Sanchez reste très vague et évoque le cas d’une employée municipale pouvant bénéficier de cette mesure. Pourtant, à cette date, la ville de Beaucaire a déjà acheté le matériel nécessaire au télétravail.

Dans les jours qui suivent, Julien Sanchez signe une autorisation de télétravail  pour 6 mois  au bénéfice de  Mr EA, chef du service urbanisme de la ville de beaucaire.

Peu à peu,  les usagers du service urbanisme commencent à se poser des questions sur  ce chef du service urbanisme qui n’est n’est plus visible en Mairie.

RPB, informée de cette anomalie, fait des recherches et découvre que Mr. EA se trouve au Canada , qu’il y suit une formation  en urbanisme  à l’université de Montréal et qu‘il y exerce, depuis aout 2017, le métier d’inspecteur du domaine Public pour la Ville de Montréal.

Son  CV, publié sur internet,  précise qu’il ne travaille plus pour la ville de Beaucaire depuis aout 2017.  Il confirme aussi qu’il poursuit un programme universitaire de qualification en urbanisme car il vise d’intégrer l’ordre des urbanistes du Québec.

Le 16 février, pour vérifier la véracité des informations publiées par EA, Réagir Pour Beaucaire envoie à Julien Sanchez ,  les questions orales suivantes afin qu’il y soit répondu lors du conseil municipal du 19 février 2018

Monsieur EA a-t-il bénéficié de mesures de télétravail en 2017? 
Quelles étaient les modalités d'usage de ce télétravail?
(Temps de présence en Mairie, temps de travail à distance, répartition dans la semaine…?)
Monsieur EA a-t-il respecté ces modalités?

Le 19 février, en conseil municipal, Julien Sanchez refuse de répondre :« Nous ne voyons pas en quoi celles-ci (ces questions) porteraient sur des sujets d’intéret général puisqu’ellles concernent la carrière et la vie personnelle d’un fonctionnaire de la ville. » « Ce sont des questions qui contreviennent à la vie privée d’un personne »

Voyant que Julien Sanchez ne lui serait d’aucune aide pour éclaircir la situation, RPB s’adresse a l’arondissement de la Ville de Montréal pour lequel le chef du service urbanisme de Beaucaire déclare travailler.

Le 6 mars 2018, l’administration de l’arrondissement de Montréal, Rivière des Prairies, confirme que Mr. EA, alors chef du pole urbanisme de la Ville de Beaucaire,  a été embauché le 21 août 2017 en CDD par la Ville de Montréal  en tant qu’inspecteur d’arrondissement. 

Le 8 mars 2018, RPB refait au Maire une demande d’accès à des documents administratifs après avoir vérifié qu’ils sont communiquables selon les critère de la Commission d’Accès  aux Documents Administratifs (CADA) .

Monsieur Julien Sanchez ne  répondra jamais à cette demande de communication de documents administratifs.

Le 2 Avril, RPB fait à Julien Sanchez une demande d’ajout d’une question concernant ce sujet pour le conseil municipal prévu le 19 avril.

Le 15 avril, constatant que le sujet n’a pas été mis  à l’ordre du jour du conseil du 19, RPB repose ses questions sous forme de questions orales. Julien sanchez devra, selon le règlement du conseil, répondre à ces questions.

Le 19 avril, 30 minutes avant le début de la séance du conseil municipal, Yoann Gillet envoie à l’élu RPB un document daté du 16 avril confirmant que Mr EA , Technicien territorial titulaire, a axercé  le poste de directeur à plein temps du pole urbanisme de la Ville de Beaucaire du 1et juillet 2015 au 31 mars 2018. Ce courriel précise que Mr EA a bénéficié d’une autorisation d’exercer ses mission en télétravail du 1er octobre 2017 au 31 mars 2018 . Pourtant,Mr EA était déjà en poste pour la Ville de Montréal le 21 août 2017. L’ordre de mission n’a jamais  été remis à l’élu malgré ses demandes réitérées;

Le Maire n’ajoute pas la question à l’ordre du jour, ne communique pas les documents administratifs demandés et signale à l’élu qu’une procédure pourrait être engagée contre lui par ce qu’il utilise les mots d’EMPLOI FICTIF.

Le 27 avril, RPB relance Julien Sanchez afin d’obtenir les documents administratifs demandés:

...Pourtant, le fait incontestable que Monsieur EA, directeur de pôle de la Ville de Beaucaire, ait exercé ses 
fonctions d'agent territorial de la Ville de Beaucaire depuis le Canada tout en en exerçant en même temps 
une activité rémunérée, à temps complet, au Canada à partir du 21 aout 2017 mérite de sérieuses 
explications de votre part.
Je vous redemande donc solennellement et afin de montrer votre volonté de faire la lumière sur cette situation
 extrêmement troublante de me faire rapidement parvenir:
- Votre décision ou arrêté de mesures de télétravail en 2017 concernant Monsieur EA, agent au service de la ville 
de Beaucaire. (Avec éventuelles occultations sur les éléments pouvant porter atteinte au secret de la vie privée)
- Les bulletins de paie de Monsieur EA, avec éventuelles occultation concernant sa vie privée, 
pour la période de Juillet 2017 à mars 2018

Julien Sanchez ne répondra jamais à ce courriel.

Le 16 juin, RPB relance Julien Sanchez, lui rappelle les documents administratifs demandé et lui demande de porter la question du télétravail de cet agent à l’ordre du jour du conseil municipal à venir. La plupart des conseillers municipaux et des adjoints sont mis en copie de cette demande.

Objet : Ajout d'une question à l'ordre du jour du prochain conseil municipal 
– Télétravail d'un chef de service de la Ville de Beaucaire.

Monsieur le Maire,

Vous avez accordé, à un chef de service, d'exercer en 2017 et 2018 son travail depuis son 
domicile qui s'est avéré être situé dans la ville de Montréal. Canada

Le conseil municipal, et les Beaucairois, sont en droit de savoir quels sont les éléments 
vous ont permis de prendre cette décision pour le moins surprenante.

Afin d'éclairer les membres du conseil municipal, je vous prie de joindre au dossier sera 
présenté, en occultant si nécessaire les éléments portant atteinte à la vie privée de 
l'employé, copie de :

- La demande de l'employé de bénéficier du télétravail.

- L'avis du médecin consulté pour dérogation de quotité de présence en mairie (toujours en 
occultant les parties portant atteinte à la vie privée de l'employé)

- Votre décision d'accorder le télétravail..

- Les feuilles de temps hebdomadaires remplies par l'employé.

Par ailleurs, je vous alerté à plusieurs reprises sur le fait que cet que cet agent avait exercé 
ses fonctions d'agent territorial de la Ville de Beaucaire depuis le Canada tout en en exerçant en même temps 
une activité rémunérée, à temps complet, au Canada .

Quelles mesures avez-vous pris pour sanctionner cet agent? A quelle date?

Julien Sanchez ne répondra pas aux questions et n’inscrira pas la question à l’ordre du jour du conseil du 28 juin.

Le 28 juin 2018, lors du conseil municipal, l’élu RPB demande la parole pour avoir des explications sur le fait que la question du télétravail depuis le Canada du chef de service de l’urbanisme de la ville de Beaucaire n’ait pas été ajoutée à l’ordre du jour et que les documents demandés n’aient pas été présentés à l’ensemble des élus.

Julien Sanchez lui répond: Votre demande n’est pas une délibération puisque pour délibérer, pour entrer à l’ordre du jour, il faut que le point appelle un vote et appelle un sujet sur les interéts de la commune et sur un vote qui doit être fait sur une décision qui implique l’avenir. Là vous me parlez de choses qui n’ont pas d’implication sur l’avenir et ne nécessitent pas un vote donc votre demande, par conséquent, est nulle et non avenue et ne peut être étudiée dans le cadre de l’ordre du jour ».

L’élu RPB ne lachera pas et  insistera pour que la question soit abordée lors du conseil.

Julien sanchez refusera  catégoriquement de porter la question à l’ordre du jour.

https://www.midilibre.fr/2018/06/28/beaucaire-le-conseil-municipal-degenere-et-sacheve-a-huis-clos,4639820.php

CLASH À Beaucaire, le conseil municipal se termine à huis-clos

Pourtant, nulle réglementation interdit au conseil de traiter des points qui ne sont pas suivi de votes et délibérations et, par le passé, Julien sanchez à déjà mis à l’ordre du jour du conseil municipal des question n’appelant pas de vote:

  • Le 9 mars 2016 , discussion sur la dématérialisation des convocations et pièces afférentes au conseil municipal et aux commissions.
  • Le 24 mars 2016, voeux en faveur de la réouverture de l’écluse.
  • Le 24 janvier 2018, échange des élus avec ENEDIS au sujet des compteurs LINKY.

Manifestement, Julien Sanchez ne veut pas expliquer aux conseillers municipaux et aux Beaucairois comment un chef de service de la ville a pu exercer ses missions depuis le Canada  tout en exerçant en même temps une activité d’inspecteur d’arrondissement à plein temps pour le compte de la ville de Montréal.

Le 22 septembre 2018, une nouvelle demande d’ajout à l’ordre du jour de la séance du prochain conseil municipal est faite.

La demande est refusée par julien Sanchez sous prétexte qu’elle est trop tardive par rapport à la date du prochain conseil.

Le 9 décembre 2018, l’élu RPB demande une fois de plus l’ajout, à l’ordre du jour du conseil municipal, de la question du télétravail, depuis le canada, d’un chef de service de la Ville de Beaucaire.


Le 21 decembre 2018, un courrier informe l’élu RPB qu’il ne sera pas donné suite à sa demande en invoquant un pseudo secret médical.

En Octobre 2019, en conseil municipal, l’élu RPB demande à Julien Sanchez si la ville de Beaucaire a mis en oeuvre la procédure lui permettant de récupérer les sommes indûment perçues par le chef du pôle de la Ville de Beaucaire lors de sa double activité (Beaucaire et Montréal)

Julien Sanchez ne répond pas sur le fond  et botte en touche.

Manifestement, Julien Sanchez considère  que la Ville de Beaucaire peut se passer de récupérer plusieurs milliers d’Euros qui lui sont dus.

Les Beaucairois qui se sont vu poursuivre par la Ville pour des dettes bien inférieures, se sont vu couper l’accès à la cantine pour retard de paiement de somme minimes ou ont vu leur voiture impitoyablement mise en fourrière sans pouvoir bénéficier de clémence apprécieront la différence de traitement!

Alerte démocratie
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Ils me font rire (jaune) les collègues de ces clowns qui se font prendre les doigts dans le pot de miel Européen et crient au déni de démocratie quand les juges bloquent des sommes qui pourront servir à rembourser les détournements.

Leur cirque est d’autant moins crédible quand on voit comment ils ne respectent pas les droits des conseillers municipaux dans les communes qu’ils tiennent.

Exemple: le  règlement du conseil municipal instauré à Beaucaire par Julien Sanchez!

1- En fixant à 3 jours francs au moins le délai dans lequel les questions orales doivent être adressées au Maire, le Maire de Beaucaire porte une atteinte, non justifiée par les contraintes d’organisation, aux droits et prérogatives des conseillers municipaux en méconnaissance des dispositions combinées L. 2121-13 et L. 2121-19 du code général des collectivités territoriales.

2-En limitant à trois minutes le temps de parole des conseillers et en lui interdisant de reprendre la parole, le Maire de Beaucaire porte atteinte au droit à l’expression des conseillers municipaux  ainsi qu’au principe selon lequel le conseil municipal règle par délibération les affaires de la commune.

3-En décidant que les amendements doivent être envoyés au Maire au moins trois jours francs avant le conseil, Il limite de façon abusive ce  droit d’amendement des conseillers en particulier en les privant de ce droit effectif dans le cas où le délai de convocation est abrégé en cas d’urgence.

4-En  décidant que chaque liste composant le conseil municipal a accès à l’espace « Tribune des élus » du bulletin d’information municipale, le Maire de Beaucaire méconnait les dispositions de l’article L. 2121-27-1 du code général des collectivités territoriales qui réserve cet espace aux conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale.

Et après ils se plaignent de menaces sur la démocratie!

Curieux de voir ce que va en dire le préfet?

Compte administratif 2017: Julien Macron-Sanchez
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Intervention RPB au sujet du compte administratif 2017 de la Ville de Beaucaire lors de la séance du Conseil Municipal  du 19 février 2018

Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux, Julien Sanchez, qui nous présente fièrement son compte administratif pour l’année 2017 en mettant en avant sa capacité à faire des économies et à baisser les dépenses de la ville marche ouvertement dans les traces du président Macron.

Les dépenses et les charges de la ville baissent, et cela nous est présenté comme une bonne nouvelle pour les contribuables.  C’est lui qui le dit car depuis quand faire des économies est une garantie de la qualité du service rendu aux usagers?

Demandez au personnel hospitalier, au personnel pénitentiaire, aux juges, aux greffiers… je vous passe toute la liste de professions et des services mis à mal par cette logique, demandez-leur quels sont les effets de la politique de rigueur menée par Monsieur Macron et ses prédécesseurs?

Et bien, à Beaucaire, il se passe la même chose. Une vision purement comptable de la gestion (Je n’ai rien contre les comptables) amène à désorganiser, à rendre impossible le fonctionnement des services ou dégrade fortement leur qualité.

L’état de délabrement de nombreuses écoles de Beaucaire, de la voirie rurale ou urbaine, des réseaux d’adduction ou d’assainissement sont le résultat de cette vision. Je ne dis bien sûr pas que le Maire actuel est entièrement responsable de l’état déplorable dans lequel se trouvent de nombreux équipements mais en refusant d’investir de façon conséquente et déterminée dans le maintien en état des équipements et services  existants il prolonge et aggrave cet état.

Il va bien sur  répondre qu’il investit énormément pour la ville mais il suffit, au quotidien, d’ouvrir les yeux pour voir que ces investissements ne vont pas ou il faudrait. Les écoles miteuses, les rues défoncées, certains services au bord de la rupture et n’arrivant plus à fournir le travail nécessaire sont là pour nous rappeler tous les jours que des sommes  énormes, au lieu de servir à améliorer le quotidien des Beaucairois, passent dans des projets hasardeux qui, peut-être car on en est même pas certains, amélioreront un jour lointain le quotidien des Beaucairois.

En attendant, Mr le Maire nous présente un compte administratif soit disant impeccable qui fera bon effet lors des nombreux meetings politiques qu’il anime un peu partout en France tout au long de l’année mais ne satisfera en aucun cas les Beaucairois qui voient leur ville et leurs services se dégrader chaque jour un peu plus.

Pour conclure, Mesdames et messieurs les conseillers municipaux, et clouer le bec à ceux qui voudraient déformer mes propos, et Monsieur Sanchez serait très mal placé  pour le faire,  lui qui a fait exploser la dette de la Ville pour satisfaire sa folie des grandeurs, notre vision de la gestion d’une ville ne consiste pas à  laisser filer les dépenses mais à mettre réellement les ressources de la ville au service de ses habitants plutôt que de les mettre au service d’ambitions personnelles et d’un parti politique.

Luc Perrin pour RPB

Campagne de ravalement obligatoire des façades.
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Dans sa croisade de « redynamisation » de Beaucaire Julien Sanchez semble avoir décidé de s’en prendre aux propriétaires de bâtiments du centre ancien: Il vient  de lancer une campagne de ravalement obligatoire ciblée sur le centre ville de Beaucaire.

Bien sur,  le ravalement des façades  tous les 10 ans est déjà prévu par la loi et à déjà fait, sur Beaucaire, l’objet de campagne d’incitations.

Ce qui est différent maintenant, c’est que Julien Sanchez, lors du Conseil municipal de février 2017,  à fait inscrire la ville sur la liste préfectorale des communes pouvant faire l’objet d’une campagne de ravalement obligatoire.

(suite…)

Service public de l'EAU: Mais où disparaît l'électricité ?
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Ce jeudi 21 septembre 2017 le maire de Beaucaire présentait en conseil municipal son rapport annuel sur le prix et la qualité des services publics d’eau potable.

Ainsi peut on lire qu’en 2016 on aurait utilisé 20% d’électricité en plus qu’en 2015

pour seulement pomper 2,6%   d’eau en plus.

Cherchez l’erreur!

Réponse A : Le compteur d’EDF tourne  trop vite?

 

Réponse B :Le délégataire prend les 6788 usagers pour des imbéciles?

 

Réponse C : Le maire a recopié le rapport du délégataire sans faire son travail de vérification avant de le présenter aux élu(e)s du conseil municipal? Accessoirement y a t il au sein de la majorité un(e) élu(e) qui soit en capacité d’analyser ce rapport ?

 

Réponse D : Ces chiffres  démontrent l’incapacité du délégataire à respecter les termes du contrat ? Ne devrait il pas  payer les pénalités prévues dans ce même contrat en cas de non respect du rendement?

 

Réponse E : les maires successifs de Beaucaire  ne sont pas en  capacité de défendre les intérêts des 6788 usagers du service de l’eau face à la multinationale qui gère le réseau d’eau potable de la ville de Beaucaire?

Vous hésitez ?  Faites appel  à RPB qui connait la réponse!

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Monsieur le maire de Beaucaire vient de faire parvenir aux Beaucairois son interprétation du conseil municipal du 21 septembre 2017. Cela n’est que de la communication, et ne correspond pas à ce que doit faire un maire démocratique. Les débats des conseils municipaux sont enregistrés, et jusqu’il y a peu de temps, ils étaient retranscrits dans un procès verbal. Ce procès verbal est soumis aux conseillers municipaux au conseil suivant, et une fois avalisé est archivé avec l’ordre du jour, les délibérations, et le vote des élus.

Mais dans les procès verbaux récents il n’y a plus que le texte des délibérations et les votes. Il n’y a pas les arguments des uns et des autres, ni les réponses du maire. Or un vote est toujours le fruit d’une réflexion.

Voici donc les votes de Réagir pour Beaucaire, par la voix de Rose-Marie Cardona.

Document joint: Ordre du jour du conseil municipal:

  Interventions et votes CM 21-09-17

1 –Cession Mas de Martin     Pour

2 –Cession chemin Clapas de Cornut     Pour

3 –Acquisition St Félix     Pour

4 – Résolution amiable SNCF     Pour

5 –mise à disposition CS Les Melettes     Pour

6 – Modification promotions     Pour

7 – Transformation de poste.

Q-Il y a un changement complet de fonction : passer de catégorie C en B 

Q-Quel est le nom de l’agent concerné ? A-t-il suivi la progression normale ? (suite…)

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Avant chaque conseil municipal et malgré les délais très courts entre la réception de l’ordre du jour et la date du conseil ( En général 5 jours francs, avec parfois le week-end compris dans ces jours, comme pour le CM du 14 mars 2017)  Rose-Marie Cardona  se rend en mairie  pour réunir le maximum d’informations concernant les questions à l’ordre du jour.

Elle  demande à consulter les documents concernant les décisions de gestions et en particulier les montants afférents à ces décision car ils ne sont plus précisés aux élus dans les documents fournis avant le conseil.

RPB se réunit alors et analyse chaque question soumise aux élus.

Le jour du conseil, le plus souvent le matin en semaine ce qui empêche un maximum de citoyen d’y assister, Rose Marie Cardona défend alors  le point de vue de RPB devant l’assemblée en argumentant, demandant des compléments d’informations ou proposant des alternatives…

En fonction des échanges ayant eu lieu, elle décide alors de voter comme l’a décidé RPB en réunion ou autrement  si des éléments nouveaux justifient une réévaluation de la situation.

Pour exemple, vous trouverez ci-dessous la listes synthétique des questions mises à l’ordre du jour du Conseil Municipal du 26 juin, la proposition de vote de RPB et,  en Italique, le fil conducteur qu’a préparé Rose Marie pour ses interventions

 

1 – Adhésion …  Quel est le rôle de l’Office de Tourisme.   Abst

2 – Vidéosurveillance   La vidéo surveillance ne doit pas monopoliser des ressources qui seraient mieux employées dans la concertation, la médiation, l’éducation… 1 million d’euros cumulés ! Nous n’avons pas eu le procès verbal du CLSPD.  Contre

3 – Subvention acquisition destructeur documents        Pour

4 – Rectification déclassement rue de l’Indépendance     Abst

5 –Rectification  Bar le Camargue. Nous réitérons notre opposition à ce projet qui n’a aucune utilité pour la ville. Le bâtiment est en zone inondable. J’ai demandé l’étude sur la Zone de Loisirs le 30 avril 2017, je ne l’ai toujours pas. Mais cette étude, que j’ai pu lire par ailleurs, indique un montant de 10 millions d’euros que la commune n’envisage pas de réaliser.       Contre

(suite…)

Un citoyen indigné
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Dans le quotidien local de ce mardi 13 Juin, intervenant à propos des élections Législatives, un honorable citoyen de la première circonscription, un certain Gillet Yoann, évoque la « démocratie méprisée ».

Comment ne pas lui donner raison ?!! C’est même une évidence, par exemple pour qui a assisté à la proclamation des résultats dans l’une des principales villes de cette circonscription, Beaucaire, lorsque les délégués de certains candidats ont été conspués et empêchés de s’exprimer par les membres de la majorité municipale et leurs partisans.

Dans cette même commune, lors d’un récent conseil municipal, le public a été évacué et le huis clos prononcé lorsque les questions posées par les membres de l’opposition eurent le malheur d’agacer Monsieur le Maire. Il semble même que les élus mal pensants n’obtiennent pas les documents administratifs nécessaires à l’exercice de leur mandat et soient dans l’obligation de saisir la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA).

Les exemples pourraient être multipliés qui donnent raison à notre citoyen, indigné à bien juste titre, d’autant que le maire de la charmante cité des bords du Rhône adore citer avec malice un proverbe qui a le don de faire rire son Directeur de Cabinet : « Quand le singe veut monter au cocotier, il faut qu’il ait les fesses propres ».

Sans doute notre citoyen, un certain Gillet Yoann donc, en tiendra-t-il compte au moment de glisser son bulletin de vote dans l’urne, Dimanche prochain ?

Jef.

La gestion nocive du personnel municipal par le FN
Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

D’après le maire tout va bien. La prime de présence qu’il a décidé d’appliquer pour les agents de la ville peu de temps après son élection serait efficace. Ne trouve-t-on pas sur le site de la ville ce grand moment d’autosatisfaction dont Sanchez a le secret : « La mesure a engendré une baisse de 30% de l’absentéisme de 2015 à 2016 et a parallèlement fait faire une économie de plus de 20.000€ annuels aux Beaucairois. Une mesure saluée par une grande majorité des employés de la ville que nous remercions pour leur grand sens du service public. ».

Des chiffres rapportés par une journaliste de France 3 dans une édition du 19/20 sans aucune vérification, « confirmés » par des agents complaisants et le tour est joué.

Sauf que la lecture des rapports sociaux 2013 et 2015 (rapports établis par la collectivité et présentés au comité technique) permet de douter de cette version idyllique où finalement seul l’argent et l’appât du gain motiverait les agents d’une ville de 16 000 habitants.

Qu’on en juge :

Alors que le nombre d’agents diminue de 12 % entre ces deux périodes, le nombre d’arrêt maladie explose en augmentant de 53 % !

Plus grave, sur la même période, le nombre de jours d’arrêt provoqués par un accident du travail fait un bon de 23 %.

Tous ces chiffres ne sont-ils pas le reflet d’un profond malaise chez les employés d’une collectivité où le maire, quand il n’est pas en campagne électorale, cumule aussi les fonctions d’adjoint au personnel et d’adjoint aux finances.

Dans une période où le FN prétend à un ancrage populaire et se revendique le premier parti de France chez les ouvriers (faux car le premier parti chez les ouvriers est celui des abstentionnistes) , on mesure l’imposture au regard du mépris du maire FN de Beaucaire vis à vis de ses agents qui sont en grande majorité des fonctionnaires de catégorie C.

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Le rapport de présentation propose d’adhérer à l’association « immeuble en fête » pour un montant de 1800 euros par an afin de permettre à la mairie de bénéficier d’outils de communication ainsi que de l’assistance et de l’animation du réseau.

Cette proposition de faire adhérer le CM à l’association qui organise la fête des voisins montre à l’évidence, Monsieur le Maire, votre incompréhension totale de ce qu’est la vie démocratique.
Abraham Lincoln disait que la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». C’est cette définition qui a été reprise pour fonder en 1958 la Constitution de la Cinquième République, celle qui régit aujourd’hui les rapports entre la République et le peuple.
L’équilibre et la respiration de la démocratie sont liés au fait que chacun y a une place : les élus impulsent une politique, l’administration la met en pratique ; ce sont les pouvoirs publics qui doivent travailler au service des citoyens lesquels créent des contre-pouvoirs comme les associations qui n’ont pas à être instrumentalisées dans leurs activités.
Un conseil municipal n’a pas vocation à s’immiscer dans toutes les activités de la vie quotidienne de la Cité et si, dans cette assemblée, nous avons été élu-e-s par le peuple, aucun de nous ne peut tenter de faire croire qu’il en est l’incarnation. Je vous demande, Monsieur le Maire, de laisser respirer les Beaucairois-e-s ! Vous n’avez pas à être partout !

Nous sommes favorables au principe de la fête des voisins, vecteur pertinent de lien et de cohésion sociale. Nous y participons d’ailleurs chaque année. Pour autant nous sommes contre le principe de cette adhésion et ce pour les motifs suivants :

• le fait de bénéficier de prestations en retour d’une adhésion à une association apparente la démarche a un dévoiement des principes de la commande publique. Les fondements de cette démarche mériteraient donc d’être approfondis sur un plan juridique,
la fête des voisins n’est pas une propriété intellectuelle de l’association « Immeubles en fête » et n’a pas non plus besoin d’être motivée par la Mairie. Elle est simplement le fait des habitants qui n’ont pas besoin ni de t-shirts, ni de ballons pour se réunir,
• pour favoriser l’évènement, le rôle de la Municipalité est surtout de ne pas exiger que chaque fête soit organisée par une association bénéficiant d’une assurance au risque de brider nombre d’initiatives,
• il est aussi de mettre en place un plan de circulation qui permette aux différentes fêtes de se tenir en toute sécurité,
• enfin compte-tenu du niveau moyen des subventions aux associations beaucairoises, une adhésion de 1800 euros à une association parisienne semble déplacée. Vive nos voisins !

Nous refusons de participer à ce vote.

Partager l'article sur les réseaux sociaux :

Taille du texte: A+ | A- | A

Adhésion au collectif Provenço

A la différence du FN*, qui a fait campagne contre la ratification de la Charte européenne des langues régionales, et pour qui ce sujet si important n’est que prétexte à de mesquins calculs politiciens et à un double langage, nous militons pour la reconnaissance des langues et cultures régionales et nous sommes défenseurs de la langue d’Oc en général et du provençal, en particulier, la variante de la langue d’Oc parlée sur nos territoires.

Notre engagement est de principe et de fond, défendre le provençal et la culture d’Oc ce n’est pas, pour nous, repli sur soi dans une pseudo-identité fantasmée et enfermement dans un ghetto traditionaliste, mais combat pour la préservation d’un patrimoine vivant, en grand danger, qui fait partie intégrante de l’histoire comme de la richesse culturelle de notre pays, un combat pour l’ouverture et la diversité dans un monde chaque jour un peu plus appauvri et dévasté par l’uniformisation sauvage que nous impose la mondialisation capitaliste.

Ce n’est certainement pas en faisant adhérer notre ville au « Collectif Prouvenço » que nous ferons avancer cet indispensable combat, bien au contraire. Cette association, au mépris de la vérité scientifique, va jusqu’à nier l’unicité de la langue d’Oc et veut couper le provençal de ses racines linguistiques et historiques, elle attise de façon irresponsable par d’incessantes polémiques la division parmi les défenseurs de la langue d’Oc, en un moment critique où cette langue est menacée, et cherche par tous les moyens à entretenir une stupide guerre fratricide entre « occitans » et « provençaux » qui appartiennent, tous, avec des spécificités et des différences qui sont source de richesses, à la même aire linguistique et culturelle.

Faire participer Beaucaire, la ville de Raymond VII, ville occitane, au carrefour du Languedoc et de la Provence historique, illustrée par sa foire internationale et cosmopolite, au projet régressif du « Collectif Prouvenço », à cet enfermement partisan et tendancieux, c’est bafouer son histoire et falsifier sa culture authentique. Oui, à la défense de la langue et de la culture d’Oc, non à leur instrumentalisation dans un combat douteux. Nous voterons contre.

*Cf communiqués de Marion Marechal-Le Pen et Gilbert Collard du 29 janvier 2014 et de Florian Philippot du 27 janvier 2014