Le Maire l’a annoncé le 24 mars 2016 : le projet Sud Canal est lancé avec pour objectif de réaliser 500 nouveaux logements en habitat collectif, accompagnés d’aménagements publics et éventuellement de commerces dans les 4 ans. De toute évidence, Sud Canal est la grande pensée du règne. Le Projet avec un grand P, le seul véritable d’ailleurs, qui accapare moyens et efforts, quitte à négliger le reste, tout le reste !
Les précédentes municipalités avaient déjà acquis plusieurs parcelles dans ce secteur. Le maire a maintenant décidé d’acquérir  deux nouvelles parcelles pour 1.000.000 €L’étude de la ZAC Sud Canal (Zone d’aménagement concertée) est lancée pour un coût de 135.000 €. On anticipe le démarrage du projet en préparant les réseaux et les parkings pour celui-ci. La rénovation du cours Sadi Carnot et du quai de la Paix, nécessaire et bien venue, ne se comprend que dans cette perspective. Prévue pour 2016, elle devrait coûter 1.200.000 €.

On mesure l’importance du projet et combien il engage la ville et pour longtemps, sur les plans urbanistique et financier. Mais, cela se fait pour le moment dans la plus grande opacité et sans aucune concertation avec la population. C’est pourtant le même Julien Sanchez qui écrivait dans son programme électoral : « Nous mettrons en place des référendums sur les grands sujets qui engagent l’avenir de notre ville. Les projets les plus importants feront l’objet d’une consultation et donc de débats publics avec la population »

sud canal projet

Je suis sûr que les Beaucairois apprécieraient que le Maire les consulte avant de réaménager de fond en comble le quartier Sud Canal et avant de lancer les travaux pour des montants aussi importants.
Plus inquiétant, la ville n’a réussi à équilibrer son budget pour l’année 2015 qu’en puisant largement dans les réserves (2.995.000 €) et en faisant un emprunt de 800.000 €. Les réserves étant épuisées, le maire se voit contraint d’équilibrer son budget prévisionnel 2016 par un nouvel emprunt de 5.800.000 € (excusez du peu !) qui fera passer (s’il est réalisé) l’endettement des Beaucairois de 717 € à 1075 € de dettes par habitant.

dettes-0

Des baisses microscopiques des taux d’impôts locaux, de pure forme et sans effet réel pour les Beaucairois d’un côté. Un endettement massif de l’autre. C’est la fameuse recette du pâté d’alouette et de cheval : une minuscule alouette de baisse et un énorme percheron d’endettement ! On comprend mieux comment Julien Sanchez peut annoncer qu’il n’augmente pas les impôts locaux.

 

La majorité Municipale  fait valoir que les taux d’intérêt sont bas pour le moment et que la revente des terrains pourrait rapporter de l’argent à la ville mais, que coûteront tous les aménagements annexes au projet, les indispensables équipements collectifs pour les nouveaux arrivants (écoles, pont sur le canal, nouvelles voies…) ?

nouvelle voirie

Nouveaux équipements en rose (Voirie, rond points, pont)

De même, mille cinq cent personnes de plus, ce sont  des enfants en plus à accueillir dans des écoles primaires en mauvais état et déjà saturées. Il faudra donc certainement construire une autre école. Avec quel argent ? Cette dépense n’est pas prévue dans les budgets prévisionnels à moyen terme que présente le Maire ! Julien Sanchez  compte faire venir de nouvelles familles mais n’aura pas les moyens d’accueillir les enfants dans les écoles primaires de Beaucaire!

Alors investir, oui bien sûr, mais encore faut-il pouvoir financer ces investissements sans plomber durablement les comptes de la ville, or Julien Sanchez, en présentant les « investissements » qu’il compte faire se garde bien de préciser par quelles rentrées il prévoit d’équilibrer le budget de la ville à moyen terme et comment il compte rembourser les emprunts très importants qu’il prévoit ?

On peut alors s’interroger sur les raisons de l’importante prise de risque que Julien Sanchez impose aux Beaucairois ?

Voici deux explications possibles qui, peut-être, se cumulent ?
– Il est porté par un optimisme que rien ne vient justifier à l’heure actuelle, en un moment où le monde tremble dans la crainte d’une grave crise financière et structurelle, et il fait le pari très aventureux d’une reprise forte et durable de la croissance en Europe et en France. Mais, que se passera-t-il s’il se trompe ?

Il a en ligne de mire les élections de 2017 et souhaite pouvoir disposer d’une marge budgétaire (créée par l’emprunt) pour présenter une trésorerie avantageuse ainsi que d’autres « baisses » de taxes locales, le moment (électoral) venu.

Et alors, en 2017, les Beaucairois n’auront plus qu’à se serrer la ceinture pour rembourser la « campagne de communication » de notre très ambitieux maire. Julien rêve de succès électoraux! Les Beaucairois risquent de cauchemarder!

 

serrer ceinture copy