préférence1

On attribue à Jean-Marie Le Pen ces propos : « Je préfère ma fille à mes amis, mes amis à mes voisins, mes voisins à mes compatriotes, mes compatriotes aux Européens« .

Imaginons un instant qu’un élu de la République applique cette maxime à la gestion d’une ville : quoi de plus naturel alors que notre élu privilégie son conjoint sur un des postes les mieux payés de la ville, une place de direction de cabinet par exemple !

Il pourrait aussi recruter comme chef de cabinet, sans se poser de question sur ses compétences réelles, l’ancienne assistante de son collègue député : être cadre du parti de notre élu serait la seule “qualité” requise. (Lien vers article Mediapart)

Quant au choix des prestataires travaillant pour la ville, notre élu pourrait, par exemple,  coopter un membre de son parti qui avait  préparé les candidats frontistes avant les élections. Si on applique la logique de la préférence, ce serait tout naturel de penser à lui et à sa société, créée opportunément entre les deux tours de l’élection municipale, pour une mission d’audit financier : pourquoi gaspiller son temps à mettre d’autres sociétés en concurrence ? (Lien vers article Mediapart)

Pour la gestion des services municipaux quoi de plus évident que de désigner un militant actif du parti, candidat malheureux aux Municipales sur une autre Commune. Là aussi, la question des compétences serait superflue ! Notre homme, n’aurait -t’il pas activement participé à la campagne électorale de notre élu ?

Notre édile pourrait un jour annoncer, avec un air gourmand, la préparation d’un important projet immobilier. Gageons que le sieur accorderait son entière et inconditionnelle confiance à ses amis plutôt qu’à ses voisins  pour partager le gâteau.

Il pourrait aussi annoncer à ses administrés un programme de festivités exceptionnel enfin renouvelé et plus contemporain. Il y a fort à parier que « La patrouille de l’évènement », dirigée par des sympathisants du parti de notre élu, serait la plus qualifiée pour remporter le marché…

De tels critères de décision, néfastes pour les concitoyens de notre élu,  leur apporteraient une clarification salutaire :

la préférence nationale n’est qu’une forme du clientélisme, du favoritisme et du népotisme * !

*Népotisme : politique adoptée par certains papes et qui consistait à favoriser systématiquement leur famille (Larousse)

* Népotisme : Non mais allô, c’est mon poteau, c’est mon pote, quoi ! (JuJu)