Le collectif Réagir pour Beaucaire a mis à profit les huit mois écoulés pour écouter, observer puis analyser la situation inédite créée par les dernières élections municipales, tout en continuant à travailler sur les dossiers importants pour les Beaucairois et leur Ville.

Au Conseil municipal, notre porte-parole, Claude Dubois, s’est affirmé, séance après séance, comme l’opposant le plus conséquent et le plus résolu, alliant une connaissance approfondie des questions traitées -qui en impose même à l’adversaire- à une grande fermeté politique et idéologique face à la propagande frontiste que le maire ne perd aucune occasion de développer.

Ce temps était aussi nécessaire pour surmonter notre échec et tenter d’analyser une campagne électorale éprouvante où nous avons dû faire face à un démagogue jouant sur les peurs et les angoisses de la population et, en même temps, nous confronter aux petites trahisons et chausse-trappes politiciennes des autres candidats, obsédés par leurs règlements de compte personnels.

Les règles du jeu ne furent jamais nettes, les postures et les impostures, les coups bas et les petites phrases des quatre candidats de droite firent passer au second plan le travail de fond que nous menons, depuis la création de notre collectif, sur les grands dossiers communaux.

On peut mesurer aujourd’hui ce que valaient les violentes critiques de certains contre notre décision de maintenir notre liste au second tour. L’ancien maire qui s’était auto-proclamé “rempart contre le FN” a déserté le combat. Il ne siège même pas au conseil municipal où ses colistiers, quand ils sont présents, votent sans état d’âme la plupart des délibérations proposées par le maire.

A Beaucaire, comme partout en France, la droite a beaucoup de mal à résister au chant des sirènes de l’extrême-droite.

Aujourd’hui la ville est dirigée par un parti sectaire. Le maire s’est entouré d’un petit groupe de militants politiques, certains issus des franges les plus radicales de l’extrême-droite, sans aucun lien affectif avec une ville dont ils ignorent tout. Il gouverne la commune de façon autoritaire et relègue la plupart de ses colistiers aux seconds rôles, voire à de la simple figuration. Il veut tout contrôler, tout maîtriser, se méfie de tous, et d’abord des employés municipaux dont beaucoup subissent l’arbitraire d’une gestion partisane et politicienne. En perpétuelle représentation, sa communication, caricaturale à force d’exagération et de répétition, masque péniblement le bilan bien mince des premiers mois de pouvoir.

Peu à peu se dessinent les contours d’une politique dangereuse et malsaine qui doit alerter tous les démocrates beaucairois ; une politique qui ne peut que diviser davantage la population et accroître les tensions dans notre ville.

Dans ce contexte préoccupant, les membres de Réagir Pour Beaucaire sont, plus que jamais, décidés à poursuivre leurs actions pour Beaucaire et ses habitants. Nous dénoncerons sans relâche les mensonges, les falsifications, les outrances et tout ce qui tendra à dresser une partie de la population beaucairoise contre une autre.